1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents


Miroir-1914-num-41-06_09_14-6-d.jpg
PAYSANS BOSNIAQUES CHASSÉS PAR LA GUERRE39 viewsLes seules victimes ne sont pas les morts et les blessés.
Sans logis, ruinés, la vision tragique encore devant leurs yeux, les paysans abandonnent leurs villages, marchant droit devant eux, sans but précis, exténués, avec bientôt pour escorte le spectre hideux de la faim.
Miroir-1914-num-41-06_09_14-6-e.jpg
L'EXODE LAMENTABLE DES SERBES EN HERZÉGOVINE42 viewsDans leur fureur d'être défaits, les Autrichiens se montrent aussi barbares que leurs alliés allemands.
Ils s'en prennent aux villages qu'ils incendient, non sans avoir fait subir aux habitants les traitements les plus indignes.
Devant eux c'est l'affolement et la fuite.
Miroir-1914-num-41-06_09_14-7-a.jpg
QUELQUES SCÈNES DE L’INVASION ALLEMANDE14 views
Miroir-1914-num-41-06_09_14-7-b.jpg
LE PONT DE VISÉ DETRUIT PAR LES BELGES AVANT L'ARRIVÉE DES ALLEMANDS28 viewsAvant d'évacuer Visé, les Belges en firent sauter le pont.
Les soldats allemands que l'on aperçoit au bord de la Meuse s'occupent à apporter du bois pour en construire un autre.
Ayant subi un retard considérable, l'ennemi s'est vengé en détruisant la ville.
Miroir-1914-num-41-06_09_14-7-c.jpg
UNE RUE DE VISÉ APRÈS LE BOMBARDEMENT46 viewsSystématiquement, les Allemands incendient une maison sur deux.
Le feu se propage et des rues entières sont bordées de ruines.
Miroir-1914-num-41-06_09_14-7-d.jpg
CONVOI DE RAVITAILLEMENT DANS UN VILLAGE54 viewsLes Allemands font de terrible razzias dans les villages dont les habitants ont dû fuir en toute hâte avant leur arrivée.
Miroir-1914-num-41-06_09_14-7-e.jpg
LES DERNIERS HABITANTS DE DIEST QUITTENT LA VILLE AU MOMENT OÙ LES ALLEMANDS VONT L'ENVAHIR51 viewsPrimitivement les habitants des villages envahis s'enfermaient dans leurs caves, mais les Allemands n'hésitaient pas à tirer sur eux par les soupiraux, aussi l'approche de l'ennemi est-elle le signal de l'exode en masse.
L'un de nos correspondants a pris sur le vif de ces scènes navrantes.
Des barricades ont été élevées dans les rues à l'aide de véhicules rendus inutilisables, les réserves de vivres, de fourrages, de bestiaux, tout a été anéanti.
Les malheureux s'en vont vers l'inconnu,muets,angoissés.
Miroir-1914-num-41-06_09_14-8-a.jpg
CE QUE L'ENNEMI LAISSE SUR SON PASSAGE16 views
Miroir-1914-num-41-06_09_14-8-b.jpg
CHEVAUX D'ARTILLERIE MORTS ET BLESSÉS, ABANDONNÉS PAR LES ALLEMANDS52 viewsÀ Charleroi, durant la première grande bataille, l'action fut particulièrement vive et meurtrière. La campagne environnante n'offre plus qu'un spectacle de désolation et de mort. Voici, en bordure d'un chemin d'exploitation, des chevaux d'artillerie éventrés. Les soldats blessés et les morts ont été enlevés; seules les malheureuses bêtes, dont quelques-unes se tiennent encore debout, restent abandonnées dans cette solitude sinistre. Près d'elles on aperçoit des gargousses d'obus.
Miroir-1914-num-41-06_09_14-8-c.jpg
LA RUE PRINCIPALE DU VILLAGE DE VISÉ APRES L'ENTRÉE DES ALLEMANDS35 viewsFidèles à leur tactique qui consiste à répandre la terreur et la panique, les Allemands n'hésitent pas à bombarder de loin les villes ouvertes.
Cette photographie prise à Visé, en Belgique le jour même où l'ennemi occupa cette coquette localité, est assez éloquente pour se passer de commentaires.
Les habitants avaient fui depuis longtemps que les soldats pillards s'acharnaient encore à détruire et à incendier. C'est à peine si quelques maisons demeurent intactes.
Miroir-1914-num-42-20_09_14-1-a.jpg
COMMENT LES SOUDARDS DU KAISER NE PENSAIENT PAS ENTRER EN FRANCE38 views
UN PRISONNIER ALLEMAND AMPUTÉ

Soldats allemands faits prisonniers le 7 septembre par quelques hussards et dragons français dans le village de Neufmoutiers, à cinq kilomètres de Meaux.
Ils étaient très supérieurs en nombre à nos hommes.
Miroir-1914-num-42-20_09_14-1-b.jpg
COMMENT LES SOUDARDS DU KAISER NE PENSAIENT PAS ENTRER EN FRANCE41 viewsUN PRISONNIER ALLEMAND

Soldats allemands faits prisonniers le 7 septembre par quelques hussards et dragons français dans le village de Neufmoutiers, à cinq kilomètres de Meaux.
Ils étaient très supérieurs en nombre à nos hommes.
266 files on 23 page(s) 5