1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents


guerre-1914-1918-annee-1915-289-a.jpg
UNE RUSE PITTORESQUE DES ALLIÉS À SEDDUL-BAHR0 viewsNos soldats s'élancent par les portes ouvertes dans l’étrave du "River Clyde"

Lors du débarquement de Seddul-Bahr, un stratagème qui rappelle le fameux cheval de Troie fut employé par les alliés.
Le transport anglais "River Clyde", chargé de troupes, fut lancé sur la grève où il s'échoua.

TEXTE COMPLET EN PDF
guerre-1914-1918-annee-1915-289-b.jpg
UNE RUSE PITTORESQUE DES ALLIÉS À SEDDUL-BAHR0 viewsNos soldats s'élancent par les portes ouvertes dans l’étrave du "River Clyde"

Lors du débarquement de Seddul-Bahr, un stratagème qui rappelle le fameux cheval de Troie fut employé par les alliés.
Le transport anglais "River Clyde", chargé de troupes, fut lancé sur la grève où il s'échoua.

TEXTE COMPLET EN PDF
guerre-1914-1918-annee-1915-289.jpg
UNE RUSE PITTORESQUE DES ALLIÉS À SEDDUL-BAHR0 viewsNos soldats s'élancent par les portes ouvertes dans l’étrave du "River Clyde"

Lors du débarquement de Seddul-Bahr, un stratagème qui rappelle le fameux cheval de Troie fut employé par les alliés.
Le transport anglais "River Clyde", chargé de troupes, fut lancé sur la grève où il s'échoua.

TEXTE COMPLET EN PDF
guerre-1914-1918-annee-1915-290.jpg
LES OBUS ALLEMANDS DE 150 m/m SE RAPPROCHENT 0 viewsVoici de très curieuses photographies. Prises de la porte d'un blockhaus où se tenait abrité le personnel d'une batterie de 155 longs,
elles montrent comment, peu à peu, l'ennemi rectifie son tir.
Les artilleurs allemands cherchent à atteindre la batterie en question, située à 80 mètres environ en avant du blockhaus, et si bien dissimulée que rien ne la révèle aux regards. Les obus avancent progressivement. En prenant des points de repère sur nos photos, on peut voir qu'ils se rapprochent à chaque coup.
guerre-1914-1918-annee-1915-291-a.jpg
LES OBUS ALLEMANDS DE 150 m/m SE RAPPROCHENT FROIDEMENT, L’OPERATEUR LES PHOTOGRAPHIE 0 views
Quatre "marmites" éclatent de plus en plus près du "blockhaus" français

Les "marmites"se rapprochent, la dernière éclate à quinze mètres du blockhaus
guerre-1914-1918-annee-1915-291-b.jpg
Quatre "marmites" éclatent de plus en plus près du "blockhaus" français0 viewsVoici de très curieuses photographies. Prises de la porte d'un blockhaus où se tenait abrité le personnel d'une batterie de 155 longs,
elles montrent comment, peu à peu, l'ennemi rectifie son tir.
Les artilleurs allemands cherchent à atteindre la batterie en question, située à 80 mètres environ en avant du blockhaus, et si bien dissimulée que rien ne la révèle aux regards. Les obus avancent progressivement. En prenant des points de repère sur nos photos, on peut voir qu'ils se rapprochent à chaque coup.
guerre-1914-1918-annee-1915-291-c.jpg
Quatre "marmites" éclatent de plus en plus près du "blockhaus" français0 viewsVoici de très curieuses photographies. Prises de la porte d'un blockhaus où se tenait abrité le personnel d'une batterie de 155 longs,
elles montrent comment, peu à peu, l'ennemi rectifie son tir.
Les artilleurs allemands cherchent à atteindre la batterie en question, située à 80 mètres environ en avant du blockhaus, et si bien dissimulée que rien ne la révèle aux regards. Les obus avancent progressivement. En prenant des points de repère sur nos photos, on peut voir qu'ils se rapprochent à chaque coup.
guerre-1914-1918-annee-1915-291-d.jpg
Les "marmites"se rapprochent, la dernière éclate à quinze mètres du blockhaus0 viewsCherchant sur la plaine la batterie dont ils connaissaient l'existence, sans avoir pu repérer exactement sa position,
les artilleurs allemands ont dépassé, sans l'atteindre, le but qu'ils voulaient frapper. Les 4 explosions, que nous reproduisons ci-contre se sont produites en avant de la batterie française, le tir étant trop court ; les 2 derniers obus tombent derrière la batterie, entre celle-ci et le blockhaus, le tir étant trop long.
Le 6e éclate à 15m du photographe qui garde tout son sang-froid.
guerre-1914-1918-annee-1915-291-e.jpg
Les "marmites"se rapprochent, la dernière éclate à quinze mètres du blockhaus0 viewsCherchant sur la plaine la batterie dont ils connaissaient l'existence, sans avoir pu repérer exactement sa position,
les artilleurs allemands ont dépassé, sans l'atteindre, le but qu'ils voulaient frapper. Les 4 explosions, que nous reproduisons ci-contre se sont produites en avant de la batterie française, le tir étant trop court ; les 2 derniers obus tombent derrière la batterie, entre celle-ci et le blockhaus, le tir étant trop long.
Le 6e éclate à 15m du photographe qui garde tout son sang-froid.
guerre-1914-1918-annee-1915-291.jpg
LES OBUS ALLEMANDS DE 150 m/m SE RAPPROCHENT FROIDEMENT, L’OPERATEUR LES PHOTOGRAPHIE 0 views
Quatre "marmites" éclatent de plus en plus près du "blockhaus" français

Les "marmites"se rapprochent, la dernière éclate à quinze mètres du blockhaus
guerre-1914-1918-annee-1915-292.jpg
LA FIN TRAGIQUE D'UNE PARTIE DE CARTES0 viewsCette scène a été photographiée telle qu'elle apparut à nos soldats lorsqu'ils pénétrèrent
dans l'abri d'une tranchée enlevée à la baïonnette et copieusement "arrosée" à l'avance par les 75.
Deux Allemands occupaient leurs loisirs en jouant aux cartes.
Un obus vint, qui interrompit la partie.
On remarquera les bandes molletières et les chaussures à boutons de l'un des morts, le pantalon de velours de l'autre.
Depuis le début de la guerre, l'équipement de nos ennemis s'est, en effet, sensiblement modifié.
guerre-1914-1918-annee-1915-293-a.jpg
LES OBSÈQUES DU GÉNÉRAL B... TUÉ À CARENCY0 views
LE CONVOI FUNÈBRE

DERNIÈRE PRIÈRE DEVANT LA TOMBE
180 files on 15 page(s) 4