1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents


guerre-1914-1918-annee-1915-367-b.jpg
L'HOSPICE DU ST-SACREMENT BOMBARDÉ À ARRAS - L'ambulance était surmontée d'un drapeau de la Croix-Rouge bien visible 0 viewsÀ Arras, l'ennemi n'a pas hésité à tirer sur l'ambulance du St-Sacrement, tuant des religieuses et des infirmières.
Et pourtant, le drapeau de la Croix-Rouge était bien visible.
Sur notre photo on aperçoit les palissades et les sacs placés aux fenêtres, à la suite de bombardements antérieurs;
le drapeau déchiqueté par un obus était placé primitivement au sommet de la tour.
En haut, à droite, un couloir de l'hospice protégé par des sacs et les caves aménagées pour recevoir les soldats blessés.
guerre-1914-1918-annee-1915-367-c.jpg
L'HOSPICE DU ST-SACREMENT BOMBARDÉ À ARRAS - L'ambulance était surmontée d'un drapeau de la Croix-Rouge bien visible 0 viewsÀ Arras, l'ennemi n'a pas hésité à tirer sur l'ambulance du St-Sacrement, tuant des religieuses et des infirmières.
Et pourtant, le drapeau de la Croix-Rouge était bien visible.
Sur notre photo on aperçoit les palissades et les sacs placés aux fenêtres, à la suite de bombardements antérieurs;
le drapeau déchiqueté par un obus était placé primitivement au sommet de la tour.
En haut, à droite, un couloir de l'hospice protégé par des sacs et les caves aménagées pour recevoir les soldats blessés.
guerre-1914-1918-annee-1915-367-d.jpg
L'HOSPICE DU ST-SACREMENT BOMBARDÉ À ARRAS - L'ambulance était surmontée d'un drapeau de la Croix-Rouge bien visible 0 viewsÀ Arras, l'ennemi n'a pas hésité à tirer sur l'ambulance du St-Sacrement, tuant des religieuses et des infirmières.
Et pourtant, le drapeau de la Croix-Rouge était bien visible.
Sur notre photo on aperçoit les palissades et les sacs placés aux fenêtres, à la suite de bombardements antérieurs;
le drapeau déchiqueté par un obus était placé primitivement au sommet de la tour.
En haut, à droite, un couloir de l'hospice protégé par des sacs et les caves aménagées pour recevoir les soldats blessés.
guerre-1914-1918-annee-1915-367-e.jpg
L'HOSPICE DU ST-SACREMENT BOMBARDÉ À ARRAS - L'ambulance était surmontée d'un drapeau de la Croix-Rouge bien visible 0 viewsÀ Arras, l'ennemi n'a pas hésité à tirer sur l'ambulance du St-Sacrement, tuant des religieuses et des infirmières.
Et pourtant, le drapeau de la Croix-Rouge était bien visible.
Sur notre photo on aperçoit les palissades et les sacs placés aux fenêtres, à la suite de bombardements antérieurs;
le drapeau déchiqueté par un obus était placé primitivement au sommet de la tour.
En haut, à droite, un couloir de l'hospice protégé par des sacs et les caves aménagées pour recevoir les soldats blessés.
guerre-1914-1918-annee-1915-367.jpg
L'HOSPICE DU ST-SACREMENT BOMBARDÉ À ARRAS - L'ambulance était surmontée d'un drapeau de la Croix-Rouge bien visible 0 viewsÀ Arras, l'ennemi n'a pas hésité à tirer sur l'ambulance du St-Sacrement, tuant des religieuses et des infirmières.
Et pourtant, le drapeau de la Croix-Rouge était bien visible.
Sur notre photo on aperçoit les palissades et les sacs placés aux fenêtres, à la suite de bombardements antérieurs;
le drapeau déchiqueté par un obus était placé primitivement au sommet de la tour.
En haut, à droite, un couloir de l'hospice protégé par des sacs et les caves aménagées pour recevoir les soldats blessés.
guerre-1914-1918-annee-1915-368-a.jpg
AUX DEUX BOUTS DE LA LIGNE TÉLÉPHONIQUE - L'installation d'un poste avancé et le "central téléphonique" d'une armée 0 viewsLe téléphone joue un rôle de 1ère importance sur la ligne de feu.
Il permet aux observateurs dissimulés dans leurs trous, aux points les plus avancés,
de transmettre à l'arrière des renseignementsindispensables et aux chefs de rester constamment en rapports.
Prolongeant les lignes stables qui partent du poste central installé au quartier général de chaque armée, des lignes volantes sont installées au fur et à mesure des besoins sur les champs de bataille, les fils passant sous terre ou dans les arbres.
guerre-1914-1918-annee-1915-368-b.jpg
AUX DEUX BOUTS DE LA LIGNE TÉLÉPHONIQUE - L'installation d'un poste avancé et le "central téléphonique" d'une armée 0 viewsLe téléphone joue un rôle de 1ère importance sur la ligne de feu.
Il permet aux observateurs dissimulés dans leurs trous, aux points les plus avancés,
de transmettre à l'arrière des renseignementsindispensables et aux chefs de rester constamment en rapports.
Prolongeant les lignes stables qui partent du poste central installé au quartier général de chaque armée, des lignes volantes sont installées au fur et à mesure des besoins sur les champs de bataille, les fils passant sous terre ou dans les arbres.
guerre-1914-1918-annee-1915-368-c.jpg
AUX DEUX BOUTS DE LA LIGNE TÉLÉPHONIQUE - L'installation d'un poste avancé et le "central téléphonique" d'une armée 0 viewsLe téléphone joue un rôle de 1ère importance sur la ligne de feu.
Il permet aux observateurs dissimulés dans leurs trous, aux points les plus avancés,
de transmettre à l'arrière des renseignementsindispensables et aux chefs de rester constamment en rapports.
Prolongeant les lignes stables qui partent du poste central installé au quartier général de chaque armée, des lignes volantes sont installées au fur et à mesure des besoins sur les champs de bataille, les fils passant sous terre ou dans les arbres.
guerre-1914-1918-annee-1915-368-d.jpg
AUX DEUX BOUTS DE LA LIGNE TÉLÉPHONIQUE - L'installation d'un poste avancé et le "central téléphonique" d'une armée 0 viewsLe téléphone joue un rôle de 1ère importance sur la ligne de feu.
Il permet aux observateurs dissimulés dans leurs trous, aux points les plus avancés,
de transmettre à l'arrière des renseignementsindispensables et aux chefs de rester constamment en rapports.
Prolongeant les lignes stables qui partent du poste central installé au quartier général de chaque armée, des lignes volantes sont installées au fur et à mesure des besoins sur les champs de bataille, les fils passant sous terre ou dans les arbres.
guerre-1914-1918-annee-1915-368.jpg
AUX DEUX BOUTS DE LA LIGNE TÉLÉPHONIQUE - L'installation d'un poste avancé et le "central téléphonique" d'une armée 0 viewsLe téléphone joue un rôle de 1ère importance sur la ligne de feu.
Il permet aux observateurs dissimulés dans leurs trous, aux points les plus avancés,
de transmettre à l'arrière des renseignementsindispensables et aux chefs de rester constamment en rapports.
Prolongeant les lignes stables qui partent du poste central installé au quartier général de chaque armée, des lignes volantes sont installées au fur et à mesure des besoins sur les champs de bataille, les fils passant sous terre ou dans les arbres.
guerre-1914-1918-annee-1915-369-a.jpg
LE RESPECT DES MORTS: COMMENT NOUS AVONS ENTERRÉ, EN ALSACE, DEUX OFFICIERS AVIATEURS ALLEMANDS 0 viewsPrincipales phases des obsèques depuis la levée des corps jusqu'aux dernières prières devant les tombes. Les cercueils sont portés par des prisonniers allemands.

Dans cette guerre effroyable, où l'ennemi a usé des armes et des procédés les plus déloyaux, tout esprit chevaleresque n'est heureusement pas banni.
Les belles photographies que nous reproduisons ici en sont un réconfortant exemple.

TEXTE COMPLET EN PDF
guerre-1914-1918-annee-1915-369-b.jpg
LE RESPECT DES MORTS: COMMENT NOUS AVONS ENTERRÉ, EN ALSACE, DEUX OFFICIERS AVIATEURS ALLEMANDS 0 viewsPrincipales phases des obsèques depuis la levée des corps jusqu'aux dernières prières devant les tombes. Les cercueils sont portés par des prisonniers allemands.

Dans cette guerre effroyable, où l'ennemi a usé des armes et des procédés les plus déloyaux, tout esprit chevaleresque n'est heureusement pas banni.
Les belles photographies que nous reproduisons ici en sont un réconfortant exemple.

TEXTE COMPLET EN PDF
321 files on 27 page(s) 9