1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents


guerre-1914-1918-annee-1915-438-a.jpg
UN MORTIER DE 220 AU MOMENT DU TIR - Le manque de netteté de la photographie provient de la vibration du coup 0 viewsLe mortier de 220, mis en service en 1880, fait partie du matériel créé par le colonel de Bange, qui comprend, le 80 et le 90
de campagne, les 120 et 155 longs et courts, etc. Le poids du mortier seul est de 2.000 kilos.
Les projectiles, hauts de 60 centimètres, pèsent, selon leur charge de poudre ou de mélinite, 98, 103 ou 118 kilos.
La portée maxima, sous l'angle de 44°, est d'environ 5.500 mètres.
La différence entre ces pièces déjà anciennes et le nouveau matériel réside dans le système de recul.
guerre-1914-1918-annee-1915-438-b.jpg
UN MORTIER DE 220 AU MOMENT DU TIR - Le manque de netteté de la photographie provient de la vibration du coup 0 viewsLe mortier de 220, mis en service en 1880, fait partie du matériel créé par le colonel de Bange, qui comprend, le 80 et le 90
de campagne, les 120 et 155 longs et courts, etc. Le poids du mortier seul est de 2.000 kilos.
Les projectiles, hauts de 60 centimètres, pèsent, selon leur charge de poudre ou de mélinite, 98, 103 ou 118 kilos.
La portée maxima, sous l'angle de 44°, est d'environ 5.500 mètres.
La différence entre ces pièces déjà anciennes et le nouveau matériel réside dans le système de recul.
guerre-1914-1918-annee-1915-438-c.jpg
UN MORTIER DE 220 AU MOMENT DU TIR - Le manque de netteté de la photographie provient de la vibration du coup 0 viewsLe mortier de 220, mis en service en 1880, fait partie du matériel créé par le colonel de Bange, qui comprend, le 80 et le 90
de campagne, les 120 et 155 longs et courts, etc. Le poids du mortier seul est de 2.000 kilos.
Les projectiles, hauts de 60 centimètres, pèsent, selon leur charge de poudre ou de mélinite, 98, 103 ou 118 kilos.
La portée maxima, sous l'angle de 44°, est d'environ 5.500 mètres.
La différence entre ces pièces déjà anciennes et le nouveau matériel réside dans le système de recul.
guerre-1914-1918-annee-1915-438.jpg
UN MORTIER DE 220 AU MOMENT DU TIR - Le manque de netteté de la photographie provient de la vibration du coup 0 viewsLe mortier de 220, mis en service en 1880, fait partie du matériel créé par le colonel de Bange, qui comprend, le 80 et le 90
de campagne, les 120 et 155 longs et courts, etc. Le poids du mortier seul est de 2.000 kilos.
Les projectiles, hauts de 60 centimètres, pèsent, selon leur charge de poudre ou de mélinite, 98, 103 ou 118 kilos.
La portée maxima, sous l'angle de 44°, est d'environ 5.500 mètres.
La différence entre ces pièces déjà anciennes et le nouveau matériel réside dans le système de recul.
guerre-1914-1918-annee-1915-439-a.jpg
UNE ROUTE DE FRANCE DERRIÈRE LA LIGNE DE FEU - LES AUTRICHIENS TIRENT SUR LES BLESSÉS 0 views- Les belles routes de France, qui faisaient l'admiration des touristes étrangers avec leurs hauts peupliers, ont rendu d'inappréciables services depuis un an.
Bien entretenues par les territoriaux, elles sont sillonnées, près du front, par d'innombrables convois.

- La barbarie autrichienne qui s'était manifestée si atrocement en Serbie, vient de s'exercer d'une façon nouvelle contre les Italiens.
guerre-1914-1918-annee-1915-439-b.jpg
UNE ROUTE DE FRANCE DERRIÈRE LA LIGNE DE FEU - Une halte de convois sur la route de Mont-St-Eloi 0 viewsLes belles routes de France, qui faisaient l'admiration des touristes étrangers avec leurs hauts peupliers, ont rendu d'inappréciables services depuis un an.
Bien entretenues par les territoriaux, elles sont sillonnées, près du front, par d'innombrables convois.
Cette photo donnent une idée du mouvement qui s'y produit. Ici, un convoi de camions automobiles arrêté.
guerre-1914-1918-annee-1915-439-c-1.jpg
LES AUTRICHIENS TIRENT SUR LES BLESSÉS - Aviateurs mitraillant un convoi de blessés italiens près de l'Isonzo 0 viewsLa barbarie autrichienne qui s'était manifestée si atrocement en Serbie, vient de s'exercer d'une façon nouvelle contre les Italiens.
Une colonne de blessés descendait d'une hauteur pour prendre place dans des camions sanitaires,
quand un avion ennemi planant à 300 mètres ouvrit sur elle un violent feu de mitrailleuse.
Les dommages furent heureusement peu importants. Les Autrichiens savaient qu'il s'agissait de blessés, les brancards et les insignes de la Croix-Rouge étant parfaitement visibles.
guerre-1914-1918-annee-1915-439-c.jpg
LES AUTRICHIENS TIRENT SUR LES BLESSÉS - Aviateurs mitraillant un convoi de blessés italiens près de l'Isonzo 0 viewsLa barbarie autrichienne qui s'était manifestée si atrocement en Serbie, vient de s'exercer d'une façon nouvelle contre les Italiens.
Une colonne de blessés descendait d'une hauteur pour prendre place dans des camions sanitaires,
quand un avion ennemi planant à 300 mètres ouvrit sur elle un violent feu de mitrailleuse.
Les dommages furent heureusement peu importants. Les Autrichiens savaient qu'il s'agissait de blessés, les brancards et les insignes de la Croix-Rouge étant parfaitement visibles.
guerre-1914-1918-annee-1915-439-d.jpg
UNE ROUTE DE FRANCE DERRIÈRE LA LIGNE DE FEU - Une halte de convois sur la route de Mont-St-Eloi encombrée de douilles d'obus 0 viewsLes belles routes de France, qui faisaient l'admiration des touristes étrangers, ont rendu d'inappréciables services depuis un an.
Bien entretenues par les territoriaux, elles sont sillonnées, près du front, par d'innombrables convois.
Celle-ci conduit à un champ de bataille célèbre : Mont-St-Eloi. Ces deux photos donnent une idée du mouvement qui s'y produit.
En haut, un convoi de camions automobiles arrêté ; au-dessous, une halte en contre-bas de la route, près d'un monceau de douilles de 75.
guerre-1914-1918-annee-1915-439-e.jpg
LES AUTRICHIENS TIRENT SUR LES BLESSÉS - Aviateurs mitraillant un convoi de blessés italiens près de l'Isonzo 0 viewsLa barbarie autrichienne qui s'était manifestée si atrocement en Serbie, vient de s'exercer d'une façon nouvelle contre les Italiens.
Une colonne de blessés descendait d'une hauteur pour prendre place dans des camions sanitaires,
quand un avion ennemi planant à 300 mètres ouvrit sur elle un violent feu de mitrailleuse.
Les dommages furent heureusement peu importants. Les Autrichiens savaient qu'il s'agissait de blessés, les brancards et les insignes de la Croix-Rouge étant parfaitement visibles.
guerre-1914-1918-annee-1915-439-f.jpg
UNE ROUTE DE FRANCE DERRIÈRE LA LIGNE DE FEU - Une halte de convois sur la route de Mont-St-Eloi encombrée de douilles d'obus 0 viewsLes belles routes de France, qui faisaient l'admiration des touristes étrangers avec leurs hauts peupliers, ont rendu d'inappréciables services depuis un an.
Bien entretenues par les territoriaux, elles sont sillonnées, près du front, par d'innombrables convois.
Celle-ci conduit à un champ de bataille célèbre : Mont-St-Eloi. Cette photo donnent une idée du mouvement qui s'y produit.
Ici, une halte en contre-bas de la route, près d'un monceau de douilles de 75.
guerre-1914-1918-annee-1915-439.jpg
UNE ROUTE DE FRANCE DERRIÈRE LA LIGNE DE FEU - LES AUTRICHIENS TIRENT SUR LES BLESSÉS0 views- Les belles routes de France, qui faisaient l'admiration des touristes étrangers avec leurs hauts peupliers, ont rendu d'inappréciables services depuis un an.
Bien entretenues par les territoriaux, elles sont sillonnées, près du front, par d'innombrables convois.

- La barbarie autrichienne qui s'était manifestée si atrocement en Serbie, vient de s'exercer d'une façon nouvelle contre les Italiens.
239 files on 20 page(s) 10