1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents


Miroir-1914-num-48-25_10_14-15-e.jpg
UN PETIT TABLEAU TYPIQUE AU BORD DE LA ROUTE5 viewsUn prisonnier allemand et son gardien se reposent côte à côte.
Pour stimuler l’ardeur combative de leurs hommes, les officiers allemands leur répètent volontiers que les Français fusillent les prisonniers après leur avoir fait subir des tortures variés.
De si grossiers mensonges n’ont pas besoin d’être discutés.
Il suffit de leur opposer des documents comme celui-çi.
Un Allemand égaré dans les bois a été pris par un gendarme qui le conduit vers la ville la plus proche.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-15.jpg
UN PETIT TABLEAU TYPIQUE AU BORD DE LA ROUTE6 viewsUn prisonnier allemand et son gardien se reposent côte à côte.
Pour stimuler l’ardeur combative de leurs hommes, les officiers allemands leur répètent volontiers que les Français fusillent les prisonniers après leur avoir fait subir des tortures variés.
De si grossiers mensonges n’ont pas besoin d’être discutés.
Il suffit de leur opposer des documents comme celui-çi.
Un Allemand égaré dans les bois a été pris par un gendarme qui le conduit vers la ville la plus proche.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-2-a.jpg
PETITS FAITS D’ACTUALITÉ AUTOUR DE LA GUERRE4 views
LE CORPS EXPÉDITIONNAIRE ANGLAIS DE SIERRA-LEONE

LES TROUPES NOIRES S’EMBARQUENT A FREETOWN

LES FEMMES DES SÉNÉGALAIS QUITTENT DAKAR

LA REINE RANAVALO VISITE NOS BLESSÉS

UNE GARE PROVISOIRE EN PLEIN AIR

DES COIFFEURS QUI RASENT POUR RIEN
Miroir-1914-num-48-25_10_14-2-b.jpg
LE CORPS EXPÉDITIONNAIRE ANGLAIS DE SIERRA-LEONE7 viewsC’est de Sierra-Leone que sont partis les soldats noirs anglais qui coopèrent avec nos troupes à la conquête du Cameroun.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-2-c.jpg
LES TROUPES NOIRES S’EMBARQUENT A FREETOWN5 viewsLes Forces noires sont parties de Freetown au Sierra-Leone.
On aperçoit en rade un croiseur français et les transports anglais.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-2-d.jpg
LES FEMMES DES SÉNÉGALAIS QUITTENT DAKAR3 viewsPour la première fois, les "diguènes" ("femmes"-ndlr) n’ont pas suivi les tirailleurs à la guerre.
Les voici quittant Dakar pour regagner l’intérieur.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-2-e.jpg
LA REINE RANAVALO VISITE NOS BLESSÉS6 viewsL’ex-souveraine de Madagascar, qui fait un séjour en France, visite les ambulances et prodigue ses encouragements aux blessés.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-2-f.jpg
UNE GARE PROVISOIRE EN PLEIN AIR4 viewsDans les régions reconquises, le service de chemin de fer se réorganise.
Certaines gares ne sont que des arrêts en pleine campagne.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-2-g.jpg
DES COIFFEURS QUI RASENT POUR RIEN4 viewsÀ Montpellier, le syndicat des coiffeurs décidé de raser gratuitement les blessés pendant toute la durée de la guerre.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-3-a.jpg
DEUX FEMMES PARTICULIÈREMENT COURAGEUSES4 views
MADAME MACHEREZ ARRIVANT AU SIÈGE DE L’UNION DES FEMMES DE FRANCE

MADAME WINTERBOTTOM DANS SON AUTOMOBILE AVEC SES COMPAGNONS D’AVENTURES


Miroir-1914-num-48-25_10_14-3-b.jpg
MADAME MACHEREZ ARRIVANT AU SIÈGE DE L’UNION DES FEMMES DE FRANCE À PARIS5 viewsComme pendant l’Année terrible, beaucoup de Françaises se sont déjà signalées par leur héroïsme et plusieurs ont été citées à l’ordre du jour.
Il faut mentionner tout spécialement pour son courage et sa vaillance madame Macherez qui, dans une ville de l’Aisne, se substitua aux autorités municipales et négocia avec les Allemands, les empêchant notamment de faire prisonniers les blessés français soignés dans les hôpitaux de la ville.
Elle vient souvent à Paris pour s’occuper du ravitaillement des ambulances.
Miroir-1914-num-48-25_10_14-3-c.jpg
MADAME WINTERBOTTOM DANS SON AUTOMOBILE AVEC SES COMPAGNONS D’AVENTURES6 viewsLa femme d’un officier anglais, Mme Winterbottom, qui est Américaine de naissance, fait preuve en Belgique, depuis plusieurs semaines, d’un dévouement qui n’a d’égal que sa bravoure.
Sachant que les blessés sont souvent faits prisonniers sur le champ de bataille, elle n’hésite pas à s’aventurer près des lignes ennemies, pour aller chercher les malheureux auxquels la retraite est devenue impossible.
Faut-il ajouter qu’elle est très populaire à Anvers et que les troupes sont remplies d’admiration pour elle ?
503 files on 42 page(s) 11