1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents

Image search results - "équipement"
guerre-1914-1918-annee-1915-003-a.jpg
DUNKERQUE BOMBARDÉ PAR LES AVIATIK - SUR LES QUAIS, LES MARINS OBSERVENT LE VOL DES AÉROPLANES ENNEMIS11 viewsÀ plusieurs reprises, des aéroplanes allemands sont venus survoler Dunkerque, lançant des bombes, suivant leur habitude,
sur une paisible population parmi laquelle ils ont malheureusement fait de nombreuses victimes.
Ils sont même venus une fois, en compagnie d’un Zeppelin qui tenta en vain de s’élancer vers la côte anglaise et,
dut rebrousser chemin vers Calais et la Belgique à cause du mauvais temps.
Les Dunkerquois, gardant tout leur sang-froid, sortaient de chez eux pour regarder ces oiseaux sinistres
guerre-1914-1918-annee-1915-003-b.jpg
LES ÉQUIPAGES D’UN MONITOR ET D’UN AVION DESTROYER ANGLAIS FONT FEU SUR LES AVIONS12 viewsAu cours de leur incursion du 11 janvier, les pilotes des Aviatik qui, de 11 heures à 3 heures 30, survolèrent la ville et sa banlieue,
y laissèrent tomber de nombreuses bombes explosives ou incendiaires.
À Dunkerque, ils ne tuèrent qu’un infirmier mais firent cinq victimes à Malo.
En outre des biplans français qui leur donnèrent la chasse et des canons qui tirèrent sur eux,
les marins des navires anglais abrités dans le port, firent feu sur eux sans discontinuer.
C’est la scène que représente cette photo.
guerre-1914-1918-annee-1915-006-a-1.jpg
FRANÇAIS ET ALLEMANDS, FACE À FACE À 6 MÈTRES LES UNS DES AUTRES, DANS LA MÊME TRANCHÉE18 viewsUne tranchée mixte dans laquelle les Français ne sont séparés des Allemands que par un mur de sacs qui figure la frontière

Il y a tranchées et tranchées. Certaines sont considérées – relativement certes ! – comme des "postes de tout repos" par leurs occupants eux-mêmes qui gardent une admirable gaîté.
D’autres, comme celle-ci, sont vraiment tragiques, la mitraille y siffle, les grenades y pleuvent,
les attaques ‘y succèdent quotidiennement et on y entend sans relâche le bruit angoissant de la "rafale".
guerre-1914-1918-annee-1915-006-a.jpg
FRANÇAIS ET ALLEMANDS, FACE À FACE À 6 MÈTRES LES UNS DES AUTRES, DANS LA MÊME TRANCHÉE18 viewsIci les physionomies sont graves.
C’est une ancienne tranchée de première ligne des Allemands.
Nous l’avons occupée par l’est et par l’ouest, jusqu’au point extrême ou "saillant" qui reste aux mains des Allemands.
Nous sommes donc dans la même tranchée qu’eux et nous tentons, comme eux-mêmes, de gagner du terrain en poussant les sacs du mur mobile qui sépare les uns des autres.
Le sapeur, sans armes, que l’on vit au dernier plan, se livre à ce travail terriblement périlleux.
guerre-1914-1918-annee-1915-008-a.jpg
LA GUERRE DES TRANCHÉES SUR LE FRONT ORIENTAL14 viewsUNE TRANCHÉE AUTRICHIENNE AVANCÉE DANS LE NORD DES CARPATHES
guerre-1914-1918-annee-1915-008-b.jpg
LA GUERRE DES TRANCHÉES SUR LE FRONT ORIENTAL13 views Après les terribles assauts livrés aux Russes par les Allemands qui,
sur la Bzoura, cherchaient la route de Varsovie, après le recul
infligé aux armées autrichiennes dans la région des Carpathes et la
Galicie occidentale, des circonstances de climat ont amené un arrêt
for ré dans les opérations sur le front oriental. L'hiver est exceptionnellement
doux, et la gelée n'ayant pas durci le sol comme
d'ordinaire, la boue a entravé les mouvements de troupes.
guerre-1914-1918-annee-1915-011-a.jpg
LA POPULATION DE SOISSONS SOUS LA MITRAILLE UNE PARTIE DES HABITANTS A QUITTÉ LA VILLE AU DÉBUT DU BOMBARDEMENT9 viewsTandis qu'un terrible duel d'artillerie se livrait autour de Crouy, de nombreux habitants de Soissons et des localités avoisinantes prenaient le train à Vierzy,
sur l'ordre de l'autorité militaire, et arrivaient à Paris.
Etant partis sans rien emporter, ils se trouvaient dans le dénuement.
Ils ont été aussitôt secourus par " L’œuvre des réfugiés belges et Français".
L’évêque, l’archiprêtre, le sous-préfet avaient également quitté la ville où, seuls, sont restés le commandant de la place
guerre-1914-1918-annee-1915-011-b.jpg
EN DÉPIT DE LA PLUIE D’OBUS BEAUCOUP DE FAMILLES SONT RESTÉES DANS LEURS CAVES7 viewsL’artillerie lourde allemande a tellement arrosé de mitraille la malheureuse cité, que, même dans les caves, les habitants ne se trouvaient pas toujours en sûreté.
Beaucoup pourtant, comme les Rémois, sont restés dans ces souterrains où leur parvenaient, à peine assourdi,
l’horrible fracas des bombes incendiaires tombant sur tous les quartiers et visant principalement la cathédrale.
Ces pauvres gens, malgré leurs vicissitudes, ont d’ailleurs gardé tout leur sang-froid et toute leur confiance.
guerre-1914-1918-annee-1915-014-b.jpg
UN CAMPEMENT AUSTRALIEN DEVANT LES PYRAMIDES7 viewsAu pied des pyramides qui, au cours des siècles, virent passer tant de guerriers, le contingent australien a établi un campement.
guerre-1914-1918-annee-1915-014-c.jpg
TROUPES COLONIALES PARTANT POUR LA FRANCE6 viewsL"’Amiral Olry" vient d’amener des troupes d’Indo-Chine.
Au départ, les marsouins
brandissaient des drapeaux japonais et français.
guerre-1914-1918-annee-1915-015-b.jpg
UNE COMPAGNIE D’INFANTERIE ALLEMANDE DÉFILE DANS LES RUES, MUSIQUE EN TÊTE6 viewsMalgré tout le mal que se donnent les Allemands pour lui rendre une partie de son activité, Anvers reste une ville morte.
Le gouverneur von Huehne et le commandant général von Bodenhausen n’ont pas réussi à apprivoiser les habitants qui ne dissimulent pas leurs sentiments.
Dernièrement la "Militaire Kappelle" donnait un concert devant la gare.
Pour finir, elle voulut jouer l’hymne national allemand, mais ses accents furent couvert par les sifflets et les huées.
guerre-1914-1918-annee-1915-015-c-1.jpg
DOUANIERS ALLEMANDS INSPECTANT, À ANVERS, LES COLIS ADRESSÉS AUX SOLDATS POUR NOËL 9 viewsLa garnison d’Anvers se compose surtout de Bavarois de l’active et du landsturm et son entretien coûte actuellement 80.000 francs par jour.
Les Allemands ont remis les forts en état et construisent autour de la ville des tranchées profondes renforcées par des réseaux de fils de fer barbelés.
Les hommes désertent à raison de 150 en moyenne par semaine pour passer en Hollande.
Malgré les efforts faits par l’autorité militaire pour célébrer Noël et le nouvel an, ces fêtes ont sombré dans la tristesse.
1290 files on 108 page(s) 1