1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents

Image search results - "abris"
guerre-1914-1918-annee-1915-004-a.jpg
SUR LA LIGNE DE FEU DEVANT PERTHES-LES-HURLUS - LA "MAISON FORESTIÈRE" QUI FUT L’OBJET DE FURIEUX COMBATS292 viewsCette "maison forestière", qui se trouve sur le passage des projectiles,
à deux cents mètres des sapes qui mènent aux tranchées de première ligne, est presque aussi célèbre que la fameuse Maison du Passeur.
Elle fut prise et reprise plusieurs fois au prix de sanglants engagements.
Les obus laissent journellement leurs traces tout autour et jusque sur ses murs.
Au fond, un cimetière, les nôtres, se dresse à l’ombre des sapins.
Au premier plan, on distingue les excavations creusées par des marmites.
guerre-1914-1918-annee-1915-004-b.jpg
TRANCHÉES ALLEMANDES, PHOTOGRAPHIÉES DES TRANCHÉES FRANÇAISES, À 30 MÈTRES14 viewsÀ l’autre extrémité des sapes qui prennent naissance près de la "maison forestière" s’étendent les tranchées de première ligne, devant Perthes-les-Hurlus.
À quinze mètres se dresse une portion de la ligne des fils de fer qui s’étend de la mer du Nord à la Suisse.
À 30 mètres, les tranchées allemandes s’enfoncent dans le sol.
Sous les fils de fer barbelés et entrelacés, des Français et des Allemands, qu’on ne peut aller reprendre, dorment leur dernier sommeil.
Celui du premier plan est un soldat allemand.
guerre-1914-1918-annee-1915-006-a-1.jpg
FRANÇAIS ET ALLEMANDS, FACE À FACE À 6 MÈTRES LES UNS DES AUTRES, DANS LA MÊME TRANCHÉE18 viewsUne tranchée mixte dans laquelle les Français ne sont séparés des Allemands que par un mur de sacs qui figure la frontière

Il y a tranchées et tranchées. Certaines sont considérées – relativement certes ! – comme des "postes de tout repos" par leurs occupants eux-mêmes qui gardent une admirable gaîté.
D’autres, comme celle-ci, sont vraiment tragiques, la mitraille y siffle, les grenades y pleuvent,
les attaques ‘y succèdent quotidiennement et on y entend sans relâche le bruit angoissant de la "rafale".
guerre-1914-1918-annee-1915-006-a.jpg
FRANÇAIS ET ALLEMANDS, FACE À FACE À 6 MÈTRES LES UNS DES AUTRES, DANS LA MÊME TRANCHÉE18 viewsIci les physionomies sont graves.
C’est une ancienne tranchée de première ligne des Allemands.
Nous l’avons occupée par l’est et par l’ouest, jusqu’au point extrême ou "saillant" qui reste aux mains des Allemands.
Nous sommes donc dans la même tranchée qu’eux et nous tentons, comme eux-mêmes, de gagner du terrain en poussant les sacs du mur mobile qui sépare les uns des autres.
Le sapeur, sans armes, que l’on vit au dernier plan, se livre à ce travail terriblement périlleux.
guerre-1914-1918-annee-1915-008-a.jpg
LA GUERRE DES TRANCHÉES SUR LE FRONT ORIENTAL14 viewsUNE TRANCHÉE AUTRICHIENNE AVANCÉE DANS LE NORD DES CARPATHES
guerre-1914-1918-annee-1915-008-b.jpg
LA GUERRE DES TRANCHÉES SUR LE FRONT ORIENTAL13 views Après les terribles assauts livrés aux Russes par les Allemands qui,
sur la Bzoura, cherchaient la route de Varsovie, après le recul
infligé aux armées autrichiennes dans la région des Carpathes et la
Galicie occidentale, des circonstances de climat ont amené un arrêt
for ré dans les opérations sur le front oriental. L'hiver est exceptionnellement
doux, et la gelée n'ayant pas durci le sol comme
d'ordinaire, la boue a entravé les mouvements de troupes.
guerre-1914-1918-annee-1915-011-a.jpg
LA POPULATION DE SOISSONS SOUS LA MITRAILLE UNE PARTIE DES HABITANTS A QUITTÉ LA VILLE AU DÉBUT DU BOMBARDEMENT9 viewsTandis qu'un terrible duel d'artillerie se livrait autour de Crouy, de nombreux habitants de Soissons et des localités avoisinantes prenaient le train à Vierzy,
sur l'ordre de l'autorité militaire, et arrivaient à Paris.
Etant partis sans rien emporter, ils se trouvaient dans le dénuement.
Ils ont été aussitôt secourus par " L’œuvre des réfugiés belges et Français".
L’évêque, l’archiprêtre, le sous-préfet avaient également quitté la ville où, seuls, sont restés le commandant de la place
guerre-1914-1918-annee-1915-011-b.jpg
EN DÉPIT DE LA PLUIE D’OBUS BEAUCOUP DE FAMILLES SONT RESTÉES DANS LEURS CAVES7 viewsL’artillerie lourde allemande a tellement arrosé de mitraille la malheureuse cité, que, même dans les caves, les habitants ne se trouvaient pas toujours en sûreté.
Beaucoup pourtant, comme les Rémois, sont restés dans ces souterrains où leur parvenaient, à peine assourdi,
l’horrible fracas des bombes incendiaires tombant sur tous les quartiers et visant principalement la cathédrale.
Ces pauvres gens, malgré leurs vicissitudes, ont d’ailleurs gardé tout leur sang-froid et toute leur confiance.
guerre-1914-1918-annee-1915-017-d.jpg
UNE AMBULANCE POUR LES GRANDS BLESSÉS6 viewsPour remporter sur les Autrichiens la victoire que l’on sait, l’armée serbe dut faire d’importants sacrifices et les blessés furent nombreux.
On a constaté beaucoup de blessures causées par les balles explosives dont l’ennemi se servait couramment.

guerre-1914-1918-annee-1915-036-d.jpg
SPAHIS ALGÉRIENS TIRANT EN EMBUSCADE7 viewsDans ces sables de la côte, nos spahis se sont retrouvés un peu chez eux, le soleil en moins.
Bien mieux que l’immobilité des tranchées, cette guerre d’embuscade était faite pour leur plaire et ils l’ont prouvé.
Le premier que l’on apperçoit ici à gauche, est le lieutenant Ferhat Aïssa qui a formé, en Algérie, un contingent de volontaires.

guerre-1914-1918-annee-1915-037-b.jpg
TERRIER FERMÉ PAR UN PANNEAU RÉCLAME PRIS SUR LES DUNES5 viewsLes Allemands croyaient pouvoir installer une base maritime et aérienne à Zeebrugge, sur la côte, pour s’élancer de là vers l’Angleterre.
Les canons de la flotte britannique ont fait échouer ce beau projet.
C’est aussi à la protection très efficace des navires de guerre que nos troupes doivent de progresser méthodiquement dans les dunes.
Les spahis ont construit des abris très pittoresques pour se mettre à l’abri des pluies et du vent du large.
C’est là qu’ils viennent se reposer en arrière de la ligne.
guerre-1914-1918-annee-1915-037-c-1.jpg
LES INSCRIPTIONS LISIBLES SUR CETTE BARAQUE NE VONT PAS SANS QUELQUE IRONIE7 viewsSur la plage de Bray-Dunes, en Belgique, les spahis algériens ont utilisé, pour édifier leurs cabanes, les grands panneaux de bois qui, il y a quelques mois encore, invitaient les touristes à passer leurs vacances dans le pays ou à y acquérir des terrains.
À côté des inscriptions arabes qu’ils ont tracés, celles qui vantent encore le confort des hôtels et promettent la prochaine installation de l’éclairage électrique apportent dans le paysage une note inattendue car elles semblent s’appliquer aux cabanes.
318 files on 27 page(s) 1