1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents

Image search results - "avion(aéroplane)"
guerre-1914-1918-annee-1915-003-a.jpg
DUNKERQUE BOMBARDÉ PAR LES AVIATIK - SUR LES QUAIS, LES MARINS OBSERVENT LE VOL DES AÉROPLANES ENNEMIS11 viewsÀ plusieurs reprises, des aéroplanes allemands sont venus survoler Dunkerque, lançant des bombes, suivant leur habitude,
sur une paisible population parmi laquelle ils ont malheureusement fait de nombreuses victimes.
Ils sont même venus une fois, en compagnie d’un Zeppelin qui tenta en vain de s’élancer vers la côte anglaise et,
dut rebrousser chemin vers Calais et la Belgique à cause du mauvais temps.
Les Dunkerquois, gardant tout leur sang-froid, sortaient de chez eux pour regarder ces oiseaux sinistres
guerre-1914-1918-annee-1915-003-b.jpg
LES ÉQUIPAGES D’UN MONITOR ET D’UN AVION DESTROYER ANGLAIS FONT FEU SUR LES AVIONS12 viewsAu cours de leur incursion du 11 janvier, les pilotes des Aviatik qui, de 11 heures à 3 heures 30, survolèrent la ville et sa banlieue,
y laissèrent tomber de nombreuses bombes explosives ou incendiaires.
À Dunkerque, ils ne tuèrent qu’un infirmier mais firent cinq victimes à Malo.
En outre des biplans français qui leur donnèrent la chasse et des canons qui tirèrent sur eux,
les marins des navires anglais abrités dans le port, firent feu sur eux sans discontinuer.
C’est la scène que représente cette photo.
guerre-1914-1918-annee-1915-008.jpg
L'INUTILE RAID DES ZEPPELINS SUR L'ANGLETERRE - Itinéraire probable suivi par les dirigeables au-dessus de la mer du Nord12 viewsPartis des hangars de Cuxhaven situés, à vol d'oiseau, à 500 km des côtes anglaises, les zeppelins, qui appartenaient à la flotte aérienne maritime, effectuèrent un voyage total de plus de 1.000 kilomètres : les circonstances atmosphériques étant entièrement favorables. Ayant pris leur vol vers midi, la nuit les surprit au-dessus des îles hollandaises. Le vent du nord-ouest qui les gêna un peu à l'aller, les favorisa au contraire au retour.
Nous avons indiqué ici l'itinéraire vraisemblable qu'ils suivirent.
guerre-1914-1918-annee-1915-011-b.jpg
EN DÉPIT DE LA PLUIE D’OBUS BEAUCOUP DE FAMILLES SONT RESTÉES DANS LEURS CAVES7 viewsL’artillerie lourde allemande a tellement arrosé de mitraille la malheureuse cité, que, même dans les caves, les habitants ne se trouvaient pas toujours en sûreté.
Beaucoup pourtant, comme les Rémois, sont restés dans ces souterrains où leur parvenaient, à peine assourdi,
l’horrible fracas des bombes incendiaires tombant sur tous les quartiers et visant principalement la cathédrale.
Ces pauvres gens, malgré leurs vicissitudes, ont d’ailleurs gardé tout leur sang-froid et toute leur confiance.
guerre-1914-1918-annee-1915-053-a.jpg
AVIATEUR FRANÇAIS LANÇANT UNE BOMBE SUR LES LIGNES ALLEMANDES0 viewsDans la mer de nuages qui l’environne, l’observateur profite d’une éclaircie pour viser.
(le croquis de cette composition a été pris à bord d’un second aéroplane, au-dessus de l’ennemi, par notre collaborateur)

Dessin d'après nature de Henri Farré
guerre-1914-1918-annee-1915-053.jpg
AVIATEUR FRANÇAIS LANÇANT UNE BOMBE SUR LES LIGNES ALLEMANDES0 viewsDans la mer de nuages qui l’environne, l’observateur profite d’une éclaircie pour viser.
(le croquis de cette composition a été pris à bord d’un second aéroplane, au-dessus de l’ennemi, par notre collaborateur)

Dessin d'après nature de Henri Farré
guerre-1914-1918-annee-1915-109-b.jpg
LES DÉBRIS DU ZEPPELIN L-3 APRÈS SON ACCIDENT SUR LA CÔTE DE L’ILE DE FANØ, AU DANEMARK 0 viewsl’île de Fanø, au Danemark, tout ce qui reste du L-3.
Ce dirigeable avait pris part au bombardement de Yarmouth sur la côte anglaise.
guerre-1914-1918-annee-1915-128-a.jpg
DANS LES EAUX D’ORIENT, NOS NAVIRES DE GUERRE ONT FOURNI UN BEL EFFORT DEPUIS HUIT MOIS0 views
SOUS-MARIN & TORPILLEURS EN ADRIATIQUE

FLOTTE FRANÇAISE À DUKATO

HYDRAVION FRANÇAIS - CANAL DE SUEZ

ESCADRE EN ROUTE POUR L’ADRIATIQUE
guerre-1914-1918-annee-1915-128-b.jpg
SOUS-MARINS ET TORPILLEURS FRANÇAIS MOUILLÉS DANS LA MER ADRIATIQUE0 viewsVenus de France par leurs propres moyens, nos sous-marins attendent au mouillage l'heure de l'action.
Les torpilleurs poussent leurs feux pour entreprendre une reconnaissance dans l'Adriatique, où la flotte autrichienne tout entière reste prudemment cachée.
guerre-1914-1918-annee-1915-128-c.jpg
FLOTTE FRANÇAISE EMBOSSÉE DANS LA RADE DE DUKATO, À L'ENTRÉE DU GOLFE DE CORINTHE 0 viewsChiens de garde vigilants, nos navires ont, depuis le début de la guerre, tenu la flotte autrichienne en respect.
Des cuirassés sont demeurés quatre mois loin de tout port, des torpilleurs sont restés un mois sans éteindre leurs feux, ce qui constitue un vrai record.
guerre-1914-1918-annee-1915-128-d.jpg
HYDRAVION FRANÇAIS REMORQUÉ DANS LE CANAL DE SUEZ PAR UNE CHALOUPE DU "HMS MINERVA" 0 viewsDans la mer Rouge, nos navires de guerre ont contribué avec ceux de nos alliés à tenir les Turcs en échec, secondés par des hydravions.
Voici l'un de ceux-ci, affecté au service du croiseur anglais "Minerva"", remorqué sur le canal de Suez vers le port Sidi-Ibrahim.
guerre-1914-1918-annee-1915-128-e.jpg
ESCADRE SORTANT DE LA RADE DE NAVARIN POUR REMONTER VERS LA MER ADRIATIQUE 0 viewsLes machines et les coques, tout comme les équipages, ont fourni un rude effort en huit mois, et l'on a navigué plus qu'on ne l'avait fait depuis la marine à voiles.
En barrant l'Adriatique, notre flotte a complété l'œuvre accomplie par les Anglais dans la mer du Nord.
150 files on 13 page(s) 1