1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents

Image search results - "bétail"
guerre-1914-1918-annee-1915-136-a.jpg
LES SOLDATS AIDENT LES PAYSANS À LABOURER0 views
Sous l'uniforme, laboureurs anglais et français reprennent leur métier

SOLDAT MANŒUVRANT UN ATTELAGE

SOLDAT ANGLAIS LABOURANT
guerre-1914-1918-annee-1915-136-b.jpg
SOLDAT MANŒUVRANT UN ATTELAGE DE BŒUFS0 viewsDes permissions sont accordées aux cultivateurs mobilisés, pour leur permettre d'aller faire les semailles dans leur pays.
Mais beaucoup, pour venir en aide aux paysans des régions où l'on se bat, et aussi en manière de distraction,
s'adonnent aux travaux des champs, entre deux séjours dans les tranchées.
Charretiers et bouviers, délaissant le fusil pour le fouet ou l'aiguillon, conduisent volontiers les attelages,
à moins qu'ils ne tiennent la charrue comme ce soldat anglais, laboureur pittoresque.
guerre-1914-1918-annee-1915-136-c-1.jpg
SOLDAT ANGLAIS LABOURANT 0 viewsDes permissions sont accordées aux cultivateurs mobilisés, pour leur permettre d'aller faire les semailles dans leur pays.
Mais beaucoup, pour venir en aide aux paysans des régions où l'on se bat, et aussi en manière de distraction,
s'adonnent aux travaux des champs, entre deux séjours dans les tranchées.
Charretiers et bouviers, délaissant le fusil pour le fouet ou l'aiguillon, conduisent volontiers les attelages,
à moins qu'ils ne tiennent la charrue comme ce soldat anglais, laboureur pittoresque.
guerre-1914-1918-annee-1915-136-c.jpg
SOLDAT ANGLAIS LABOURANT 0 viewsDes permissions sont accordées aux cultivateurs mobilisés, pour leur permettre d'aller faire les semailles dans leur pays.
Mais beaucoup, pour venir en aide aux paysans des régions où l'on se bat, et aussi en manière de distraction,
s'adonnent aux travaux des champs, entre deux séjours dans les tranchées.
Charretiers et bouviers, délaissant le fusil pour le fouet ou l'aiguillon, conduisent volontiers les attelages,
à moins qu'ils ne tiennent la charrue comme ce soldat anglais, laboureur pittoresque.
guerre-1914-1918-annee-1915-136.jpg
LES SOLDATS AIDENT LES PAYSANS À LABOURER 0 viewsSous l'uniforme, laboureurs anglais et français reprennent leur métier

SOLDAT MANŒUVRANT UN ATTELAGE

SOLDAT ANGLAIS LABOURANT

guerre-1914-1918-annee-1915-206-a.jpg
LA VIE POURSUIT SON ŒUVRE DEVANT LA MORT - Sous les obus comme auprès des tombes le travail des champs continue 0 viewsLes hommes dans la plénitude de leur force n'apparaissent plus guère poussant la charrue ou tenant la bride de leurs chevaux.
Les enfants, les hommes d'âge et les femmes ont assuré la vie des champs jusque sous le feu de l'ennemi.
Ne sont-elles point significatives, ces deux photographies montrant des chevaux qui
se cabrent, au bruit de l'éclatement d'un obus dont la fumée traîne encore sur le sol, et un laboureur qui trace un sillon au ras d'une tombe que des compagnons d'armes viennent saluer ?
guerre-1914-1918-annee-1915-206-b.jpg
LA VIE POURSUIT SON ŒUVRE DEVANT LA MORT - Sous les obus comme auprès des tombes le travail des champs continue 0 viewsLes hommes dans la plénitude de leur force n'apparaissent plus guère poussant la charrue ou tenant la bride de leurs chevaux.
Les enfants, les hommes d'âge et les femmes ont assuré la vie des champs jusque sous le feu de l'ennemi.
Ne sont-elles point significatives, ces deux photographies montrant des chevaux qui
se cabrent, au bruit de l'éclatement d'un obus dont la fumée traîne encore sur le sol, et un laboureur qui trace un sillon au ras d'une tombe que des compagnons d'armes viennent saluer ?
guerre-1914-1918-annee-1915-206-c.jpg
LA VIE POURSUIT SON ŒUVRE DEVANT LA MORT - Sous les obus comme auprès des tombes le travail des champs continue 0 viewsLes hommes dans la plénitude de leur force n'apparaissent plus guère poussant la charrue ou tenant la bride de leurs chevaux.
Les enfants, les hommes d'âge et les femmes ont assuré la vie des champs jusque sous le feu de l'ennemi.
Ne sont-elles point significatives, ces deux photographies montrant des chevaux qui
se cabrent, au bruit de l'éclatement d'un obus dont la fumée traîne encore sur le sol, et un laboureur qui trace un sillon au ras d'une tombe que des compagnons d'armes viennent saluer ?
guerre-1914-1918-annee-1915-206-d.jpg
LA VIE POURSUIT SON ŒUVRE DEVANT LA MORT - Sous les obus comme auprès des tombes le travail des champs continue0 viewsLes hommes dans la plénitude de leur force n'apparaissent plus guère poussant la charrue ou tenant la bride de leurs chevaux.
Les enfants, les hommes d'âge et les femmes ont assuré la vie des champs jusque sous le feu de l'ennemi.
Ne sont-elles point significatives, ces deux photographies montrant des chevaux qui
se cabrent, au bruit de l'éclatement d'un obus dont la fumée traîne encore sur le sol, et un laboureur qui trace un sillon au ras d'une tombe que des compagnons d'armes viennent saluer ?
guerre-1914-1918-annee-1915-206.jpg
LA VIE POURSUIT SON ŒUVRE DEVANT LA MORT - Sous les obus comme auprès des tombes le travail des champs continue 0 viewsLes hommes dans la plénitude de leur force n'apparaissent plus guère poussant la charrue ou tenant la bride de leurs chevaux.
Les enfants, les hommes d'âge et les femmes ont assuré la vie des champs jusque sous le feu de l'ennemi.
Ne sont-elles point significatives, ces deux photographies montrant des chevaux qui
se cabrent, au bruit de l'éclatement d'un obus dont la fumée traîne encore sur le sol, et un laboureur qui trace un sillon au ras d'une tombe que des compagnons d'armes viennent saluer ?
Miroir-1914-num-42-20_09_14-16-a.jpg
PARIS SE PRÉPARE À TENIR ET À DURER24 viewsDU FOURRAGE A PARIS

DES PÂTURAGES IMPROVISÉS

DES BŒUFS A LONGCHAMP

PARIS FERME SES PORTES

Miroir-1914-num-42-20_09_14-16-b.jpg
PARIS S'APPROVISIONNE LARGEMENT DE FOURRAGE39 viewsLe bois de Boulogne offrait, ces jours-ci, un curieux spectacle.
Les voitures de paille y remplaçaient les brillants équipages.
21 files on 2 page(s) 1