1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents

Image search results - "canadien"
Miroir-1914-num-42-20_09_14-11-a.jpg
DES RENFORTS ARRIVENT D'ASIE ET D'AMÉRIQUE16 viewsLES SOLDATS SIKHS EN CAMPAGNE

SOLDATS DE JAHORE SUR LES RANGS

LES CANADIENS VONT DONNER AUSSI

UN DÉPART DE TROUPES JAPONAISES
Miroir-1914-num-42-20_09_14-11-d.jpg
LES CANADIENS VONT DONNER AUSSI 43 viewsLe Canada se souvenant de sa patrie d'origine la France, et loyal envers l'Angleterre, lève 100.000 hommes, qui seront aux alliés des auxiliaires précieux.
On voit ici des soldats de la garde canadienne photographiés à Québec pendant une revue.
Miroir-1914-num-46-47-11-18_10_14-15-d.jpg
LA CAVALERIE CANADIENNE EN ANGLETERRE6 viewsLe Canada, qui a promis beaucoup d’hommes vient de faire son premier envoi.
Voici des cavaliers volontaires en Angleterre.
Miroir-1914-num-46-47-11-18_10_14-15-e.jpg
VOLONTAIRES CANADIENS À SOUTHAMPTON8 viewsAvant de se réembarquer pour la France, les Canadiens ont campé à Southampton.
Ils viennent de toutes les parties du Dominion.
Miroir-1914-num-49-01_11_14-6-c.jpg
CANADIENS SOUTENANT UN BLESSÉ2 viewsNos vaillants amis du Canada parmi lesquels se trouvent tant de Français d’origine, se sont employés avec dévouement à venir en aide aux malheureux soldats belges pendant la retraite d’Anvers.
Miroir-1914-num-50-08_11_14-12-b.jpg
LE CHAMPION CYCLISTE EDMOND JACQUELIN DEVENU CONDUCTEUR D’AUTO2 viewsLa plupart des coureurs cyclistes connus ont revêtu l’uniforme.
Plusieurs sont au feu comme Poulain, Lapize et le volontaire François Faber.
Petit-Breton reste cycliste mais…au ministère de la guerre.
Jacquelin, le populaire sprinter, conduit une auto militaire avec cette maestria qu’il apportait jadis sur sa machine, à grimper dans les virages au vélodrome.
Les hasards de la route l’ont fait rencontrer l’un de ses anciens camarades belges et il raconte en deux mots sa campagne qui fut déjà mouvementée.
Miroir-1914-num-51-15_11_14-12-b.jpg
L’ÉTAT-MAJOR DU 9e VOLTIGEURS DE QUÉBEC, COMPOSÉ DE CANADIENS FRANÇAIS7 viewsC’est le 9e voltigeurs qui fut le premier mobilisé pour venir combattre avec les alliés, aussitôt après la déclaration de guerre.
Ce régiment, composé de 1.100 hommes, ne comprend que des Canadiens d’origine française.
Les noms de ses chefs le montrent.
Voici a premier plan et de gauche à droite : le capitaine Légaré, le major Belleau, le lieutenant-colonel Chabot, l’abbé paré, aumônier ; le major Mate, le capitaine Gilbert.
Au second plan : le major Gendron, le capitaine Myraud et, le lieutenant Laliberté.
Miroir-1914-num-51-15_11_14-12-c.jpg
LES CLAIRONS ET TAMBOURS DU 9e VOLTIGEURS VENU SE BATTRE EN EUROPE5 views"Nous aimons l’Angleterre notre patrie, disent les Canadiens, mais nos aimons aussi la France notre mère".
Ils se sont levés au premier appel.
Beaucoup sont des enfants de Bretagne, de Normandie, du Poitou, de la Saintonge, de la Gascogne, qui ont conservé le parle de la douce France.
Le régiment du 9e voltigeurs a pour devise "Force à superbe, mercy à foible".
Ils sont en famille avec les Anglais, avec nos soldats et avec les Belges qui parlent aussi le français.
Ils sont braves, tenaces et courageux.
Miroir-1914-num-54-06_12_14-9-a.jpg
CEUX QUI SUIVENT LES BATAILLES EN SPECTATEUR5 views
Miroir-1914-num-54-06_12_14-9-b.jpg
LES ATTACHÉS MILITAIRES ÉTRANGERS QUI ASSISTENT AUX OPÉRATIONS EN FRANCE10 viewsLes officiers étrangers qui suivent chaque année nos grandes manœuvres ont obtenu l’autorisation d’assister aux opérations dans le Nord.
Voici sur le champ de bataille de la Marne qu’ils ont visité récemment, les représentants de la Russie, de la Suisse, de la Belgique, de l’Italie, de l’Espagne, des Etats-Unis, de la Suède, de la Norvège, du Danemark, du Siam, du Japon, etc…
Les témoignages indiscutables de ces témoignages impartiaux seront intéressants plus tard pour écrire l’histoire de la guerre.
Miroir-1914-num-54-06_12_14-9-c.jpg
LES REPRÉSENTANTS DE LA PRESSE SUR LES CHAMPS DE BATAILLE EN POLOGNE10 viewsLe grand état-major russe a autorisé un certain nombre de journalistes à le suivre sur les champs de batailles de la Prusse orientale, de la Pologne et de la Galicie.
Ces représentants des grands organes d’Europe et d’Amérique se sont, pour la plupart, déjà rencontrés dans les Balkans, en Tripolitaine et même en Mandchourie.
N’est pas correspondant de guerre qui veut. Le métier exige de sérieuses aptitudes et une résistance physique très grande.
Des risques; plus d’un reporter a été tué en mission.
 
11 files on 1 page(s)