1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents

Image search results - "champ de bataille"
guerre-1914-1918-annee-1915-003-b.jpg
LES ÉQUIPAGES D’UN MONITOR ET D’UN AVION DESTROYER ANGLAIS FONT FEU SUR LES AVIONS12 viewsAu cours de leur incursion du 11 janvier, les pilotes des Aviatik qui, de 11 heures à 3 heures 30, survolèrent la ville et sa banlieue,
y laissèrent tomber de nombreuses bombes explosives ou incendiaires.
À Dunkerque, ils ne tuèrent qu’un infirmier mais firent cinq victimes à Malo.
En outre des biplans français qui leur donnèrent la chasse et des canons qui tirèrent sur eux,
les marins des navires anglais abrités dans le port, firent feu sur eux sans discontinuer.
C’est la scène que représente cette photo.
guerre-1914-1918-annee-1915-004-a.jpg
SUR LA LIGNE DE FEU DEVANT PERTHES-LES-HURLUS - LA "MAISON FORESTIÈRE" QUI FUT L’OBJET DE FURIEUX COMBATS292 viewsCette "maison forestière", qui se trouve sur le passage des projectiles,
à deux cents mètres des sapes qui mènent aux tranchées de première ligne, est presque aussi célèbre que la fameuse Maison du Passeur.
Elle fut prise et reprise plusieurs fois au prix de sanglants engagements.
Les obus laissent journellement leurs traces tout autour et jusque sur ses murs.
Au fond, un cimetière, les nôtres, se dresse à l’ombre des sapins.
Au premier plan, on distingue les excavations creusées par des marmites.
guerre-1914-1918-annee-1915-004-b.jpg
TRANCHÉES ALLEMANDES, PHOTOGRAPHIÉES DES TRANCHÉES FRANÇAISES, À 30 MÈTRES14 viewsÀ l’autre extrémité des sapes qui prennent naissance près de la "maison forestière" s’étendent les tranchées de première ligne, devant Perthes-les-Hurlus.
À quinze mètres se dresse une portion de la ligne des fils de fer qui s’étend de la mer du Nord à la Suisse.
À 30 mètres, les tranchées allemandes s’enfoncent dans le sol.
Sous les fils de fer barbelés et entrelacés, des Français et des Allemands, qu’on ne peut aller reprendre, dorment leur dernier sommeil.
Celui du premier plan est un soldat allemand.
guerre-1914-1918-annee-1915-005-a.jpg
L’OFFENSIVE ALLEMANDE SUR SOISSONS RAMENÉE À SES PROPORTIONS - Carte montrant les positions occupées par les Français et les Allemands le 8, puis le 14 janvier14 viewsLa comparaison des deux versions officielles, la française et l’allemande, a permis de ramener à ses exactes proportions
l’importance des batailles livrées autour de l’éperon 132 entre le 8 et le 14 janvier.
Sur la carte, où nous avons figuré par des lignes blanches les positions occupées à ces dates par les troupes françaises et des lignes noires celles des Allemands, on peut juger de la minime bande de terrain qui a été reprise par l’ennemi par suite de la retraite.
guerre-1914-1918-annee-1915-005-b.jpg
L’ÉPERON 132 12 viewsVu de la bifurcation des routes de LAON & de MAUBEUGE
ROUTE DE LAON →
guerre-1914-1918-annee-1915-006-a-1.jpg
FRANÇAIS ET ALLEMANDS, FACE À FACE À 6 MÈTRES LES UNS DES AUTRES, DANS LA MÊME TRANCHÉE18 viewsUne tranchée mixte dans laquelle les Français ne sont séparés des Allemands que par un mur de sacs qui figure la frontière

Il y a tranchées et tranchées. Certaines sont considérées – relativement certes ! – comme des "postes de tout repos" par leurs occupants eux-mêmes qui gardent une admirable gaîté.
D’autres, comme celle-ci, sont vraiment tragiques, la mitraille y siffle, les grenades y pleuvent,
les attaques ‘y succèdent quotidiennement et on y entend sans relâche le bruit angoissant de la "rafale".
guerre-1914-1918-annee-1915-006-a.jpg
FRANÇAIS ET ALLEMANDS, FACE À FACE À 6 MÈTRES LES UNS DES AUTRES, DANS LA MÊME TRANCHÉE18 viewsIci les physionomies sont graves.
C’est une ancienne tranchée de première ligne des Allemands.
Nous l’avons occupée par l’est et par l’ouest, jusqu’au point extrême ou "saillant" qui reste aux mains des Allemands.
Nous sommes donc dans la même tranchée qu’eux et nous tentons, comme eux-mêmes, de gagner du terrain en poussant les sacs du mur mobile qui sépare les uns des autres.
Le sapeur, sans armes, que l’on vit au dernier plan, se livre à ce travail terriblement périlleux.
guerre-1914-1918-annee-1915-007-a-1.jpg
LE PLUS IMPORTANT DE NOS CAMPS DE PRISONNIERS - INSTANTANÉ PRIS LE MATIN AU MOMENT DE LA PRIÈRE À COËTQUIDAN14 viewsLe camp de Coëtquidan situé dans le Morbihan, entre Mauron et Ploërmel et où les régiments bretons
viennent séjourner tous les ans en manœuvres, donne asile aujourd’hui à des soldats allemands.
C’est le camp de prisonniers le plus important de France
puisque ses clôtures de ronces artificielles contiennent plus de 15.000 individus.
On en voit ici un groupe réuni, le matin, pour la prière.
Tous les prisonniers, tête nue, écoutent respectueusement celui de leurs camarades qui fait office de récitant.
guerre-1914-1918-annee-1915-007-a.jpg
LE PLUS IMPORTANT DE NOS CAMPS DE PRISONNIERS - INSTANTANÉ PRIS LE MATIN AU MOMENT DE LA PRIÈRE À COËTQUIDAN11 viewsLe camp de Coëtquidan situé dans le Morbihan, entre Mauron et Ploërmel et où les régiments bretons
viennent séjourner tous les ans en manœuvres, donne asile aujourd’hui à des soldats allemands.
C’est le camp de prisonniers le plus important de France
puisque ses clôtures de ronces artificielles contiennent plus de 15.000 individus.
On en voit ici un groupe réuni, le matin, pour la prière.
Tous les prisonniers, tête nue, écoutent respectueusement celui de leurs camarades qui fait office de récitant.
guerre-1914-1918-annee-1915-008-a.jpg
LA GUERRE DES TRANCHÉES SUR LE FRONT ORIENTAL14 viewsUNE TRANCHÉE AUTRICHIENNE AVANCÉE DANS LE NORD DES CARPATHES
guerre-1914-1918-annee-1915-008-b.jpg
LA GUERRE DES TRANCHÉES SUR LE FRONT ORIENTAL13 views Après les terribles assauts livrés aux Russes par les Allemands qui,
sur la Bzoura, cherchaient la route de Varsovie, après le recul
infligé aux armées autrichiennes dans la région des Carpathes et la
Galicie occidentale, des circonstances de climat ont amené un arrêt
for ré dans les opérations sur le front oriental. L'hiver est exceptionnellement
doux, et la gelée n'ayant pas durci le sol comme
d'ordinaire, la boue a entravé les mouvements de troupes.
guerre-1914-1918-annee-1915-011-b.jpg
EN DÉPIT DE LA PLUIE D’OBUS BEAUCOUP DE FAMILLES SONT RESTÉES DANS LEURS CAVES7 viewsL’artillerie lourde allemande a tellement arrosé de mitraille la malheureuse cité, que, même dans les caves, les habitants ne se trouvaient pas toujours en sûreté.
Beaucoup pourtant, comme les Rémois, sont restés dans ces souterrains où leur parvenaient, à peine assourdi,
l’horrible fracas des bombes incendiaires tombant sur tous les quartiers et visant principalement la cathédrale.
Ces pauvres gens, malgré leurs vicissitudes, ont d’ailleurs gardé tout leur sang-froid et toute leur confiance.
1231 files on 103 page(s) 1