1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents

Image search results - "foule(attroupement,troupeau)"
guerre-1914-1918-annee-1915-003-a.jpg
DUNKERQUE BOMBARDÉ PAR LES AVIATIK - SUR LES QUAIS, LES MARINS OBSERVENT LE VOL DES AÉROPLANES ENNEMIS11 viewsÀ plusieurs reprises, des aéroplanes allemands sont venus survoler Dunkerque, lançant des bombes, suivant leur habitude,
sur une paisible population parmi laquelle ils ont malheureusement fait de nombreuses victimes.
Ils sont même venus une fois, en compagnie d’un Zeppelin qui tenta en vain de s’élancer vers la côte anglaise et,
dut rebrousser chemin vers Calais et la Belgique à cause du mauvais temps.
Les Dunkerquois, gardant tout leur sang-froid, sortaient de chez eux pour regarder ces oiseaux sinistres
guerre-1914-1918-annee-1915-003-b.jpg
LES ÉQUIPAGES D’UN MONITOR ET D’UN AVION DESTROYER ANGLAIS FONT FEU SUR LES AVIONS12 viewsAu cours de leur incursion du 11 janvier, les pilotes des Aviatik qui, de 11 heures à 3 heures 30, survolèrent la ville et sa banlieue,
y laissèrent tomber de nombreuses bombes explosives ou incendiaires.
À Dunkerque, ils ne tuèrent qu’un infirmier mais firent cinq victimes à Malo.
En outre des biplans français qui leur donnèrent la chasse et des canons qui tirèrent sur eux,
les marins des navires anglais abrités dans le port, firent feu sur eux sans discontinuer.
C’est la scène que représente cette photo.
guerre-1914-1918-annee-1915-004-a.jpg
SUR LA LIGNE DE FEU DEVANT PERTHES-LES-HURLUS - LA "MAISON FORESTIÈRE" QUI FUT L’OBJET DE FURIEUX COMBATS292 viewsCette "maison forestière", qui se trouve sur le passage des projectiles,
à deux cents mètres des sapes qui mènent aux tranchées de première ligne, est presque aussi célèbre que la fameuse Maison du Passeur.
Elle fut prise et reprise plusieurs fois au prix de sanglants engagements.
Les obus laissent journellement leurs traces tout autour et jusque sur ses murs.
Au fond, un cimetière, les nôtres, se dresse à l’ombre des sapins.
Au premier plan, on distingue les excavations creusées par des marmites.
guerre-1914-1918-annee-1915-006-a-1.jpg
FRANÇAIS ET ALLEMANDS, FACE À FACE À 6 MÈTRES LES UNS DES AUTRES, DANS LA MÊME TRANCHÉE18 viewsUne tranchée mixte dans laquelle les Français ne sont séparés des Allemands que par un mur de sacs qui figure la frontière

Il y a tranchées et tranchées. Certaines sont considérées – relativement certes ! – comme des "postes de tout repos" par leurs occupants eux-mêmes qui gardent une admirable gaîté.
D’autres, comme celle-ci, sont vraiment tragiques, la mitraille y siffle, les grenades y pleuvent,
les attaques ‘y succèdent quotidiennement et on y entend sans relâche le bruit angoissant de la "rafale".
guerre-1914-1918-annee-1915-006-a.jpg
FRANÇAIS ET ALLEMANDS, FACE À FACE À 6 MÈTRES LES UNS DES AUTRES, DANS LA MÊME TRANCHÉE18 viewsIci les physionomies sont graves.
C’est une ancienne tranchée de première ligne des Allemands.
Nous l’avons occupée par l’est et par l’ouest, jusqu’au point extrême ou "saillant" qui reste aux mains des Allemands.
Nous sommes donc dans la même tranchée qu’eux et nous tentons, comme eux-mêmes, de gagner du terrain en poussant les sacs du mur mobile qui sépare les uns des autres.
Le sapeur, sans armes, que l’on vit au dernier plan, se livre à ce travail terriblement périlleux.
guerre-1914-1918-annee-1915-007-a-1.jpg
LE PLUS IMPORTANT DE NOS CAMPS DE PRISONNIERS - INSTANTANÉ PRIS LE MATIN AU MOMENT DE LA PRIÈRE À COËTQUIDAN14 viewsLe camp de Coëtquidan situé dans le Morbihan, entre Mauron et Ploërmel et où les régiments bretons
viennent séjourner tous les ans en manœuvres, donne asile aujourd’hui à des soldats allemands.
C’est le camp de prisonniers le plus important de France
puisque ses clôtures de ronces artificielles contiennent plus de 15.000 individus.
On en voit ici un groupe réuni, le matin, pour la prière.
Tous les prisonniers, tête nue, écoutent respectueusement celui de leurs camarades qui fait office de récitant.
guerre-1914-1918-annee-1915-007-a.jpg
LE PLUS IMPORTANT DE NOS CAMPS DE PRISONNIERS - INSTANTANÉ PRIS LE MATIN AU MOMENT DE LA PRIÈRE À COËTQUIDAN11 viewsLe camp de Coëtquidan situé dans le Morbihan, entre Mauron et Ploërmel et où les régiments bretons
viennent séjourner tous les ans en manœuvres, donne asile aujourd’hui à des soldats allemands.
C’est le camp de prisonniers le plus important de France
puisque ses clôtures de ronces artificielles contiennent plus de 15.000 individus.
On en voit ici un groupe réuni, le matin, pour la prière.
Tous les prisonniers, tête nue, écoutent respectueusement celui de leurs camarades qui fait office de récitant.
guerre-1914-1918-annee-1915-007-b-1.jpg
LE PLUS IMPORTANT DE NOS CAMPS DE PRISONNIERS - CHAQUE JOUR LES PRISONNIERS PEUVENT AMÉLIORER LEU ORDINAIRE11 viewsTous les jours, entre onze heures et midi, les prisonniers peuvent, à travers le grillage, acheter à la cantine des vivres supplémentaires qui leur permettent d’améliorer l’ordinaire.
Et pourtant, leur nourriture est autrement substantielle que celle réservée en Allemagne à nos malheureux soldats !
On sait du reste que, désormais, les prisonniers allemands seront traités chez nous suivant le sort réservé aux Français en Allemagne.
guerre-1914-1918-annee-1915-007-b-2.jpg
LE PLUS IMPORTANT DE NOS CAMPS DE PRISONNIERS - CHAQUE JOUR LES PRISONNIERS PEUVENT AMÉLIORER LEU ORDINAIRE10 viewsTous les jours, entre onze heures et midi, les prisonniers peuvent, à travers le grillage, acheter à la cantine des vivres supplémentaires qui leur permettent d’améliorer l’ordinaire.
On sait du reste que, désormais, les prisonniers allemands seront traités chez nous suivant le sort réservé aux Français en Allemagne.
Déjà, les officiers prisonniers sur parole qui pouvaient circuler librement se sont vus retirer ce droit.
guerre-1914-1918-annee-1915-007-b.jpg
LE PLUS IMPORTANT DE NOS CAMPS DE PRISONNIERS - CHAQUE JOUR LES PRISONNIERS PEUVENT AMÉLIORER LEU ORDINAIRE11 viewsTous les jours, entre 11 heures & 12, les prisonniers peuvent, à travers le grillage, acheter à la cantine des vivres supplémentaires qui leur permettent d’améliorer l’ordinaire.
Et pourtant, leur nourriture est autrement substantielle que celle réservée en Allemagne à nos malheureux soldats !
On sait du reste que, désormais, les prisonniers allemands seront traités chez nous suivant le sort réservé aux Français en Allemagne.
guerre-1914-1918-annee-1915-011-a.jpg
LA POPULATION DE SOISSONS SOUS LA MITRAILLE UNE PARTIE DES HABITANTS A QUITTÉ LA VILLE AU DÉBUT DU BOMBARDEMENT9 viewsTandis qu'un terrible duel d'artillerie se livrait autour de Crouy, de nombreux habitants de Soissons et des localités avoisinantes prenaient le train à Vierzy,
sur l'ordre de l'autorité militaire, et arrivaient à Paris.
Etant partis sans rien emporter, ils se trouvaient dans le dénuement.
Ils ont été aussitôt secourus par " L’œuvre des réfugiés belges et Français".
L’évêque, l’archiprêtre, le sous-préfet avaient également quitté la ville où, seuls, sont restés le commandant de la place
guerre-1914-1918-annee-1915-014-b.jpg
UN CAMPEMENT AUSTRALIEN DEVANT LES PYRAMIDES7 viewsAu pied des pyramides qui, au cours des siècles, virent passer tant de guerriers, le contingent australien a établi un campement.
1175 files on 98 page(s) 1