1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents

Image search results - "instrument de musique"
guerre-1914-1918-annee-1915-015-b.jpg
UNE COMPAGNIE D’INFANTERIE ALLEMANDE DÉFILE DANS LES RUES, MUSIQUE EN TÊTE6 viewsMalgré tout le mal que se donnent les Allemands pour lui rendre une partie de son activité, Anvers reste une ville morte.
Le gouverneur von Huehne et le commandant général von Bodenhausen n’ont pas réussi à apprivoiser les habitants qui ne dissimulent pas leurs sentiments.
Dernièrement la "Militaire Kappelle" donnait un concert devant la gare.
Pour finir, elle voulut jouer l’hymne national allemand, mais ses accents furent couvert par les sifflets et les huées.
guerre-1914-1918-annee-1915-042-f.jpg
RICCIOTTI GARIBALDI CHEZ NOS FUTURS SOLDATS0 viewsPendant sa visite à Paris, le général Ricciotti Garibaldi
a passé en revue, aux Champs-Elysées, les sociétés d’instruction militaire.
guerre-1914-1918-annee-1915-056-d.jpg
UN CONCERT IMPROVISÉ SUR LE FRONT PAR DE JOYEUX ARTISTES PARISIENS0 viewsLa ligne de feu n'est pas le boulevard, mais on s'y trouve parfois en pays de connaissance.
Dans une formation sanitaire de première ligne, le hasard a réuni les artistes parisiens que l'on voit ici, oubliant les horreurs de la guerre en faisant un peu de musique.
(suite du texte)
guerre-1914-1918-annee-1915-067-a.jpg
COMMENT ILS FONT LA "GUERRE EN DENTELLES" - Dans Gerbéviller en feu, les soudards dansaient, en chemises de femmes0 viewsDans la plupart des villes qu’ils pillèrent, chez nous et en Belgique, les Allemands, humoristes lourds, crurent plaisant de s’affubler de lingerie féminin volée.
À Châlons-sur-Marne notamment, on les vit circuler dans les rues en pantalons de linon et débraillés dans des corsets rouges.
À Gerbéviller, tandis que des maisons, incendiées par eux, brûlaient,
ils se livrèrent à la plus répugnante des bacchanales sous les yeux de leurs officiers satisfaits qui ne s’étaient pas moins enivrés qu’eux.
guerre-1914-1918-annee-1915-067.jpg
COMMENT ILS FONT LA "GUERRE EN DENTELLES" - Dans Gerbéviller en feu, les soudards dansaient, en chemises de femmes0 viewsDans la plupart des villes qu’ils pillèrent, chez nous et en Belgique, les Allemands, humoristes lourds, crurent plaisant de s’affubler de lingerie féminin volée.
À Châlons-sur-Marne notamment, on les vit circuler dans les rues en pantalons de linon et débraillés dans des corsets rouges.
À Gerbéviller, tandis que des maisons, incendiées par eux, brûlaient,
ils se livrèrent à la plus répugnante des bacchanales sous les yeux de leurs officiers satisfaits qui ne s’étaient pas moins enivrés qu’eux.
guerre-1914-1918-annee-1915-082-b.jpg
PRISONNIERS ALLEMANDS AU MAROC, LISANT LES TÉLÉGRAMMES DE FRANCE 0 viewsDans les camps lointains du Maroc, où ils travaillent à créer des routes, les prisonniers ne se
désintéressent pas de la guerre, bien que leur rôle soit terminé, et c'est avidement qu'ils lisent les télégrammes de France...
où jamais n'est annoncée la prise de Paris.
Ce document provient de l’Oued-Inja, le camp le plus avancé, entre Meknès et Fez, où se trouvent des prisonniers.
guerre-1914-1918-annee-1915-106-a.jpg
LES "POILUS" S'AMUSENT, ON ÉGAYE LES BLESSÉS 0 views
"LA REVUE SOUS LES SHRAPNELLS" MONTÉE ET JOUÉE PAR DES SOLDATS À VILLE-EN-WOEVRE

GALIPAUX RÉCITANT UN POÈME D'ACTUALITÉ DANS UN HÔPITAL TEMPORAIRE
guerre-1914-1918-annee-1915-106-b.jpg
"LA REVUE SOUS LES SHRAPNELLS" MONTÉE ET JOUÉE PAR DES SOLDATS À VILLE-EN-WOEVRE 0 viewsÀ deux pas du théâtre de la guerre, quelques-uns de nos troupiers en ont organisé un autre, un gai celui-là, où, avec des moyens de fortune vient d'être donné un spectacle d'actualité : "La Revue sous les Shrapnells" revue Woëvre et Sel en trois parties de Ch. Calais, arrangement musical de Léon Daguerre.
Les décors avaient été brossés par un professionnel, et la toilette de la commère, mousseline bleue et guirlandes de roses, était due à un costumier mobilisé.
Ce fut un spectacle très gai et réussi.
guerre-1914-1918-annee-1915-134-a.jpg
VON HEERINGENET LE KRONPRINZ DE BAVIÈRE0 views
RETOUR DES TRANCHÉES

UN THÉÂTRE REBAPTISÉ HINDENBURG

"DIEU MAUDIT L'ANGLETERRE"

RÉQUISITION DES POÊLES
guerre-1914-1918-annee-1915-134-f.jpg
UN TAMBOUR DE VILLE FAISANT UNE PROCLAMATION ALLEMANDE0 views
guerre-1914-1918-annee-1915-134-g.jpg
LE MARÉCHAL VON HAESELER0 viewsLe maréchal von Haeseler, bien connu pour sa haine de la France, et qui suit les armées comme simple conseiller, en raison de son âge.
On l'acclame au passage.
guerre-1914-1918-annee-1915-134-h.jpg
VON HEERINGENET LE KRONPRINZ DE BAVIÈRE0 viewsQuelques scènes typiques photographiées dans les lignes ennemies.
Des soldats retour des tranchées revenant à leur cantonnement; un théâtre organisé dans une maison abandonnée et qui porte le nom d'Hindenburg;
une pancarte avec la fameuse maxime "Dieu maudit l'Angleterre" ; la réquisition des poêles; un tambour de ville faisant une proclamation allemande.
Au-dessous le Mal von Haeseler, connu pour sa haine de la France, et qui suit les armées comme simple conseiller, en raison de son âge.
60 files on 5 page(s) 1