1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents

Image search results - "paille"
guerre-1914-1918-annee-1915-062-b.jpg
QUINZE CADAVRES DE CIVILE FUSILLÉS ET REROUVÉS SOUS LA PAILLE, À GERBÉVILLER0 viewsComme à Visé, à Dinant, et tant d’autres localités, les Allemands ont commis à Gerbéviller, petite commune de 1.600 habitants de la Meurthe-et-Moselle, d’injustifiables meurtres.
Pour répandre la terreur, ils fusillèrent de paisibles paysans, accusés suivant l’invariable coutume, d’avoir pris les armes contre eux.
Après leur départ on a retrouvé dans un champ, sous une mince couche de palle, quinze de ces malheureux tombés en même temps sous les balles des assassins en uniforme à la solde de Guillaume II.
guerre-1914-1918-annee-1915-206-a.jpg
LA VIE POURSUIT SON ŒUVRE DEVANT LA MORT - Sous les obus comme auprès des tombes le travail des champs continue 0 viewsLes hommes dans la plénitude de leur force n'apparaissent plus guère poussant la charrue ou tenant la bride de leurs chevaux.
Les enfants, les hommes d'âge et les femmes ont assuré la vie des champs jusque sous le feu de l'ennemi.
Ne sont-elles point significatives, ces deux photographies montrant des chevaux qui
se cabrent, au bruit de l'éclatement d'un obus dont la fumée traîne encore sur le sol, et un laboureur qui trace un sillon au ras d'une tombe que des compagnons d'armes viennent saluer ?
guerre-1914-1918-annee-1915-206-b.jpg
LA VIE POURSUIT SON ŒUVRE DEVANT LA MORT - Sous les obus comme auprès des tombes le travail des champs continue 0 viewsLes hommes dans la plénitude de leur force n'apparaissent plus guère poussant la charrue ou tenant la bride de leurs chevaux.
Les enfants, les hommes d'âge et les femmes ont assuré la vie des champs jusque sous le feu de l'ennemi.
Ne sont-elles point significatives, ces deux photographies montrant des chevaux qui
se cabrent, au bruit de l'éclatement d'un obus dont la fumée traîne encore sur le sol, et un laboureur qui trace un sillon au ras d'une tombe que des compagnons d'armes viennent saluer ?
guerre-1914-1918-annee-1915-206-c.jpg
LA VIE POURSUIT SON ŒUVRE DEVANT LA MORT - Sous les obus comme auprès des tombes le travail des champs continue 0 viewsLes hommes dans la plénitude de leur force n'apparaissent plus guère poussant la charrue ou tenant la bride de leurs chevaux.
Les enfants, les hommes d'âge et les femmes ont assuré la vie des champs jusque sous le feu de l'ennemi.
Ne sont-elles point significatives, ces deux photographies montrant des chevaux qui
se cabrent, au bruit de l'éclatement d'un obus dont la fumée traîne encore sur le sol, et un laboureur qui trace un sillon au ras d'une tombe que des compagnons d'armes viennent saluer ?
guerre-1914-1918-annee-1915-206-d.jpg
LA VIE POURSUIT SON ŒUVRE DEVANT LA MORT - Sous les obus comme auprès des tombes le travail des champs continue0 viewsLes hommes dans la plénitude de leur force n'apparaissent plus guère poussant la charrue ou tenant la bride de leurs chevaux.
Les enfants, les hommes d'âge et les femmes ont assuré la vie des champs jusque sous le feu de l'ennemi.
Ne sont-elles point significatives, ces deux photographies montrant des chevaux qui
se cabrent, au bruit de l'éclatement d'un obus dont la fumée traîne encore sur le sol, et un laboureur qui trace un sillon au ras d'une tombe que des compagnons d'armes viennent saluer ?
guerre-1914-1918-annee-1915-206.jpg
LA VIE POURSUIT SON ŒUVRE DEVANT LA MORT - Sous les obus comme auprès des tombes le travail des champs continue 0 viewsLes hommes dans la plénitude de leur force n'apparaissent plus guère poussant la charrue ou tenant la bride de leurs chevaux.
Les enfants, les hommes d'âge et les femmes ont assuré la vie des champs jusque sous le feu de l'ennemi.
Ne sont-elles point significatives, ces deux photographies montrant des chevaux qui
se cabrent, au bruit de l'éclatement d'un obus dont la fumée traîne encore sur le sol, et un laboureur qui trace un sillon au ras d'une tombe que des compagnons d'armes viennent saluer ?
Miroir-1914-num-43-20_09_14-8-a.jpg
LES BELGES CONTINUENT A SE BATTRE EN HÉROS7 viewsUNE TRANCHÉE À MEURTRIÈRES

UNE ROUTE SUR LAQUELLE L'ENNEMI N'AVANCERA PAS FACILEMENT

SOLDATS CAMPÉS DANS UNE CHAPELLE PRÈS DE MALINES
Miroir-1914-num-43-20_09_14-8-d.jpg
SOLDATS CAMPÉS DANS UNE CHAPELLE PRÈS DE MALINES20 viewsDans une petite église que les Allemands avaient bombardée suivant leur méthode odieuse, les Belges, après avoir repris victorieusement l'offensive, ont établi un campement provisoire.
Sous la statue de saint Antoine, quelques bottes de paille leur ont fourni une couche confortable.
Tandis que le canon gronde au loin et qu'à moins d'un kilomètre éclate de temps en temps la fusillade des continuelles escarmouches, ils rient et plaisantent devant le photographe qui a risqué sa vie pour prendre ces scènes.
Miroir-1914-num-44-27_09_14-11-d.jpg
UN BILLARD QUI A SERVI DE TOÎT À UN SOUDARD23 viewsPour abriter son sommeil, un Allemand avait sorti un billard dans le jardin.
Une poissonnière lui servait de pot à eau.
Miroir-1914-num-44-27_09_14-11-e.jpg
UNE SALLE A MANGER TRANSFORMÉE EN DORTOIR22 viewsÀ Varredes, près de Meaux, dans une maison de campagne, l'ennemi a éprouvé le besoin de tout bouleverser pour se reposer.
Miroir-1914-num-44-27_09_14-11-g.jpg
BLESSÉS RESTÉ DANS L'ÉCOLE DE VARREDDES28 viewsEn quittant Varreddes devant nos troupes, les Allemands abandonnèrent leurs blessés qui sont soignés dans le préau de l'école.
Miroir-1914-num-44-27_09_14-3-d.jpg
UN PIANO TRAÎNÉ DE HORS PAR LES ALLEMANDS18 viewsLes incendiaires de Louvain restent sensibles à la musique.
La veille du combat ils avaient fait jouer dehors ce piano mécanique.
39 files on 4 page(s) 1