1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents

Image search results - "usine"
guerre-1914-1918-annee-1915-070-c.jpg
LA MANUFACTURE DES TABACS DE BELGRADE DÉTRUITE PAR DE OBUS INCENDIARES0 viewsLes batteries d’artillerie autrichiennes installées en face de Belgrade, sur la rive opposée du Danube, et les monitors qui croisaient sur le fleuve,
envoyèrent sans compter leurs projectiles sur la capitale évacuée dès le début de la guerre.
Il réussirent à y allumer quelques incendies et certains quartiers ont été assez sérieusement éprouvés.
La "ville blanche" se défendit vaillamment et c’est au cours de ce long bombardement que le prince Georges, fils aîné du roi Pierre 1er, fut grièvement blessé.
guerre-1914-1918-annee-1915-070.jpg
LE SEUL SUCCÈS DES AUTRICHIENS EN SERBIE A ÉTÉ LE BOMBARDEMENT DE BELGRADE ÉVACUÉE0 views
LA SALLE DE RÉCEPTION DU PRINCE ALEXANDRE AU PALAIS ROYAL DE BELGRAD

LA MANUFACTURE DES TABACS DE BELGRADE DÉTRUITE PAR DES OBUS INCENDIARES

LA GRANDE SALLE DE RÉCEPTION DU PALAIS ROYAL BOULEVERSÉE PAR UN OBUS
guerre-1914-1918-annee-1915-303-a.jpg
LE RAID DE NOS AVIATEURS SUR LUDWIGSHAFEN - Dix-huit avions français ont lancé 49 obus sur les usines de la Badische Anilin 0 viewsLe bombardement des usines de Ludwigshafen par nos aviateurs constitue le plus beau fait d'armes aérien accompli depuis le début de la guerre.
Partis à 3 heures du matin, dix-huit avions ont lancé 47 obus de 90 et 2 obus de 155 sur les usines de la Badische Anilin,
les plus grandes fabriques d'explosifs d'Allemagne, à Ludwigshafen, près de Mannheim, sur le Rhin, et 16 obus de 90 sur l'usine d'Oppau.
Tous les projectiles ont porté, provoquant des incendies gigantesques.
Un seul avion n'est pas rentré.
guerre-1914-1918-annee-1915-303-b.jpg
LE RAID DE NOS AVIATEURS SUR LUDWIGSHAFEN - Dix-huit avions français ont lancé 49 obus sur les usines de la Badische Anilin 0 viewsLe bombardement des usines de Ludwigshafen par nos aviateurs constitue le plus beau fait d'armes aérien accompli depuis le début de la guerre.
Partis à 3 heures du matin, dix-huit avions ont lancé 47 obus de 90 et 2 obus de 155 sur les usines de la Badische Anilin,
les plus grandes fabriques d'explosifs d'Allemagne, à Ludwigshafen, près de Mannheim, sur le Rhin, et 16 obus de 90 sur l'usine d'Oppau.
Tous les projectiles ont porté, provoquant des incendies gigantesques.
Un seul avion n'est pas rentré.
guerre-1914-1918-annee-1915-303-c.jpg
LE RAID DE NOS AVIATEURS SUR LUDWIGSHAFEN - Dix-huit avions français ont lancé 49 obus sur les usines de la Badische Anilin 0 viewsLe bombardement des usines de Ludwigshafen par nos aviateurs constitue le plus beau fait d'armes aérien accompli depuis le début de la guerre.
Partis à 3 heures du matin, dix-huit avions ont lancé 47 obus de 90 et 2 obus de 155 sur les usines de la Badische Anilin,
les plus grandes fabriques d'explosifs d'Allemagne, à Ludwigshafen, près de Mannheim, sur le Rhin, et 16 obus de 90 sur l'usine d'Oppau.
Tous les projectiles ont porté, provoquant des incendies gigantesques.
Un seul avion n'est pas rentré.
guerre-1914-1918-annee-1915-303.jpg
LE RAID DE NOS AVIATEURS SUR LUDWIGSHAFEN - Dix-huit avions français ont lancé 49 obus sur les usines de la Badische Anilin 0 views(Composition inédite de Carrey.)
Le bombardement des usines de Ludwigshafen par nos aviateurs constitue le plus beau fait d'armes aérien accompli depuis le début de la guerre.
Partis à 3 heures du matin, dix-huit avions ont lancé 47 obus de 90 et 2 obus de 155 sur les usines de la Badische Anilin,
les plus grandes fabriques d'explosifs d'Allemagne, à Ludwigshafen, près de Mannheim, sur le Rhin, et 16 obus de 90 sur l'usine d'Oppau.
Tous les projectiles ont porté, provoquant des incendies gigantesques.
guerre-1914-1918-annee-1915-416~0.jpg
LE MINISTRE DE LA GUERREVISITE LES USINES OÙ SE FABRIQUENT LES MUNITIONS 0 viewsCinquième année. — N° 89. Le Numéro : 25 centimes. DIMANCHE 8 Août 1915.

LE MIROIR

PUBLICATION HEBDOMADAIRE, 18, Rue d'Enghien, PARIS
LE MIROIR paie n'importe quel prix les documents photographiques relatifs à la guerre, présentant un intérêt particulier.


M. Millerand fait de fréquentes visites aux usines consacrées à la fabrication intensive de nos canons et de nos munitions.
Cet instantané, qui le représentedans un atelier où se tournent des obus de 75, a été pris dans l'Ouest.
 
7 files on 1 page(s)