1914-1918.fr

La première Guerre mondiale par les documents

Image search results - "verdun"
guerre-1914-1918-annee-1915-156-g.jpg
UN OBUS DE 420 ALLEMAND EXPOSÉ A VERDUN 0 viewsTombé sur les Hauts-de-Meuse sans faire explosion, cet obus est
exposé à Verdun avec des projectiles qui datent de 1870.
guerre-1914-1918-annee-1915-223-a.jpg
CE QUI RESTE DU JOLI VILLAGE DE VAUQUOIS - Des pierres du clocher, un arbre déchiqueté, des poutres d'une maison : c'est tout… 0 viewsDes pierres du clocher, un arbre déchiqueté

des poutres d'une maison : c'est tout…
guerre-1914-1918-annee-1915-223-b.jpg
CE QUI RESTE DU JOLI VILLAGE DE VAUQUOIS - Des pierres du clocher, un arbre déchiqueté, des poutres d'une maison : c'est tout… 0 viewsVauquois est certainement le village le plus éprouvé de tous ceux qui subirent les horreurs de la bataille.
Il n'en reste rien. Si, pourtant.
Au bord de la tranchée qui bordait le pays se dresse un arbre ébranché, dont le tronc est presque sectionné par un obus.
Un peu plus loin un amas de pierres signale qu'il y eut là un clocher.
Enfin, d'une maison, quelques poutres calcinées demeurent. Autour : le désert.
Des autres maisons du village, en effet, tout a été aboli par la mitraille et par l'incendie.
guerre-1914-1918-annee-1915-223-c-1.jpg
CE QUI RESTE DU JOLI VILLAGE DE VAUQUOIS - Des pierres du clocher, un arbre déchiqueté, des poutres d'une maison : c'est tout… 0 viewsVauquois est certainement le village le plus éprouvé de tous ceux qui subirent les horreurs de la bataille.
Il n'en reste rien. Si, pourtant.
Au bord de la tranchée qui bordait le pays se dresse un arbre ébranché, dont le tronc est presque sectionné par un obus.
Un peu plus loin un amas de pierres signale qu'il y eut là un clocher.
Enfin, d'une maison, quelques poutres calcinées demeurent. Autour : le désert.
Des autres maisons du village, en effet, tout a été aboli par la mitraille et par l'incendie.
guerre-1914-1918-annee-1915-223-c.jpg
CE QUI RESTE DU JOLI VILLAGE DE VAUQUOIS - Des pierres du clocher, un arbre déchiqueté, des poutres d'une maison : c'est tout… 0 viewsVauquois est certainement le village le plus éprouvé de tous ceux qui subirent les horreurs de la bataille.
Il n'en reste rien. Si, pourtant.
Au bord de la tranchée qui bordait le pays se dresse un arbre ébranché, dont le tronc est presque sectionné par un obus.
Un peu plus loin un amas de pierres signale qu'il y eut là un clocher.
Enfin, d'une maison, quelques poutres calcinées demeurent. Autour : le désert.
Des autres maisons du village, en effet, tout a été aboli par la mitraille et par l'incendie.
guerre-1914-1918-annee-1915-223-d.jpg
CE QUI RESTE DU JOLI VILLAGE DE VAUQUOIS - Des pierres du clocher, un arbre déchiqueté, des poutres d'une maison : c'est tout… 0 viewsVauquois est certainement le village le plus éprouvé de tous ceux qui subirent les horreurs de la bataille.
Il n'en reste rien. Si, pourtant.
Au bord de la tranchée qui bordait le pays se dresse un arbre ébranché, dont le tronc est presque sectionné par un obus.
Un peu plus loin un amas de pierres signale qu'il y eut là un clocher.
Enfin, d'une maison, quelques poutres calcinées demeurent. Autour : le désert.
Des autres maisons du village, en effet, tout a été aboli par la mitraille et par l'incendie.
guerre-1914-1918-annee-1915-223.jpg
CE QUI RESTE DU JOLI VILLAGE DE VAUQUOIS - Des pierres du clocher, un arbre déchiqueté, des poutres d'une maison : c'est tout… 0 viewsDes pierres du clocher, un arbre déchiqueté

des poutres d'une maison : c'est tout…
guerre-1914-1918-annee-1915-224-a.jpg
SUR LES LIGNES DE VAUQUOIS: L'ÉPOUVANTAIL - Les Allemands n'ont jamais pu reprendre le corps de cet officier observateur 0 viewsAux approches du petit village, riant naguère, seuls quelques arbres dressent des bras de catastrophe sur la campagne désolée.
L'un d'eux, dans ses branches déchiquetées par les balles et les éclats d'obus, tend vers le ciel un épouvantail sinistre :
c'est le cadavre d'un officier observateur allemand qui fut tué là, à son poste.
Pendant trois semaines, les soldats ennemis, en dépit d'efforts répétés,
et qui leur valurent des pertes sérieuses, ne purent jamais reprendre le corps de leur chef.
guerre-1914-1918-annee-1915-224-b.jpg
SUR LES LIGNES DE VAUQUOIS: L'ÉPOUVANTAIL - Les Allemands n'ont jamais pu reprendre le corps de cet officier observateur 0 viewsAux approches du petit village, riant naguère, seuls quelques arbres dressent des bras de catastrophe sur la campagne désolée.
L'un d'eux, dans ses branches déchiquetées par les balles et les éclats d'obus, tend vers le ciel un épouvantail sinistre :
c'est le cadavre d'un officier observateur allemand qui fut tué là, à son poste.
Pendant trois semaines, les soldats ennemis, en dépit d'efforts répétés,
et qui leur valurent des pertes sérieuses, ne purent jamais reprendre le corps de leur chef.
guerre-1914-1918-annee-1915-224.jpg
SUR LES LIGNES DE VAUQUOIS: L'ÉPOUVANTAIL - Les Allemands n'ont jamais pu reprendre le corps de cet officier observateur 0 viewsAux approches du petit village, riant naguère, seuls quelques arbres dressent des bras de catastrophe sur la campagne désolée.
L'un d'eux, dans ses branches déchiquetées par les balles et les éclats d'obus, tend vers le ciel un épouvantail sinistre :
c'est le cadavre d'un officier observateur allemand qui fut tué là, à son poste.
Pendant trois semaines, les soldats ennemis, en dépit d'efforts répétés,
et qui leur valurent des pertes sérieuses, ne purent jamais reprendre le corps de leur chef.
guerre-1914-1918-annee-1915-341-b.jpg
DOUILLES D'OBUS DEVANT LA TRANCHÉE DE CALONNE0 viewsNos batteries consomment d'énormes quantités d'obus. Après chaque duel d'artillerie, des monceaux de douilles jonchent le terrain.
 
11 files on 1 page(s)